Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La police nationale s'emmêle les pinceaux sur Twitter

lundi 5 août 2013 à 17:12 France Bleu

C'est le tweet qui a amusé le web samedi : le compte - très sérieux - de la police nationale a invité ses abonnés à utiliser un jeu en ligne pour smartphone. Il s'agirait d'une erreur du community manager. Après ce message malencontreux, la police cherche à recruter une nouvelle personne pour gérer ses réseaux sociaux. Les forces de l’ordre parlent de coïncidence.

Le jeu Banana Kong
Le jeu Banana Kong - - Capture d'écran

C'est un grand classique, lorsque l'on gère plusieurs comptes sur Twitter : vouloir poster un tweet sous une identité, et le poster finalement avec une autre. C'est ce qui est sans doute arrivé samedi au community manager de la police nationale. La personne qui gère les réseaux sociaux des forces de l'ordre a publié son score à Banana Kong , un jeu en ligne pour smartphone :

xx

 

Le tweet a été effacé mais pas assez rapidement. Repéré par des internautes, ils s'en sont donné à coeur joie pour railler la police :

 

Suite à cette manipulation malencontreuse, Pôle Emploi publie ce lundi sur son site une annonce de la police nationale pour embaucher un nouveau community manager . Etrange coïncidence :

L'annonce de la police nationale sur Pôle Emploi - Aucun(e)
L'annonce de la police nationale sur Pôle Emploi - - Capture d'écran

Contactée par le HuffPost , la police nationale dément tout lien de cause à effet. "Nos offres d'emploi sont actualisées tous les jours pour rester en tête du site", précisant que l'offre en question date "de plusieurs semaines". Concernant une possible sanction contre le responsable du tweet, on apprend que la décision est "en standby" car "on ne sait pas encore de qui il s'agit".

Par :