Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La traque des loups s'intensifie

vendredi 23 août 2013 à 14:04 - Mis à jour le vendredi 23 août 2013 à 16:00 France Bleu

Alors que les attaques de loups sur des troupeaux sont de plus en plus nombreuses en France, les opérations de traque suivent la même courbe ascendante. Lundi, un loup a été blessé lors d'une opération de tir - un fait extrêmement rare. Et les autorisations de "prélèvement" (c'est-à-dire de tir) sur cette espèce protégée se multiplient également.

Le loup peut se déplacer de 30 kilomètres chaque jour
Le loup peut se déplacer de 30 kilomètres chaque jour © MaxPPP

Ils sont un cauchemar pour toutes les brebis du pays. Les loups semblent de plus en plus voraces : cet été, selon nos confrères d'Europe 1, le nombre d'attaques de loups a augmenté de 18%, avec par exemple 2.238 bêtes tuées dans la Drôme. En 2012, 800 attaques ont été recensées dans les Alpes de Haute-Provence, pour 2.417 ovins tués.

Insaisissable loup

Problème : le loup est un animal aussi incontrôlable qu'insaisissable. Au début de l'été, le préfet du Var Laurent Cayrel a accusé les chasseurs français de ne pas savoir chasser le loup. "En France, personne ne sait chasser le loup ! " avait-il lancé à des éleveurs d'ovins... avant de recevoir des dizaines de sollicitations de chasseurs mettant en avant une "expérience étrangère ". 

Attraper un loup relève de l'impossible : depuis 2004, une douzaine de loups ont été attrapés par des chasseurs ; le plus souvent tués, mais parfois simplement endormis, comme en 2008 lorsqu'une équipe de scientifique a équipé deux spécimens de colliers émetteurs. Ainsi, cet été, une battue menée par 150 chasseurs sur un énorme site militaire à Canjuers (Var), où se concentrent 80% des attaques dans le département, n'a donné aucun résultat.

Une "nouvelle stratégie"

Résultat, le préfet du Var entend adopter une "nouvelle stratégie " dès le début du mois de septembre : la nuit, des tireurs seront postés près des troupeaux, équipés de fusils à lunette infrarouge. Au mois d'août déjà, trois tireurs de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) sont parvenus à blesser un loup à 80 mètres de distance. "Le loup ne va pas survivre. Diminué, la meute va le tuer ", explique Louis Bernard, responsable de l'ONCFS dans les Alpes-Maritimes.

Alors que le loup est une espèce protégée, les autorisations à tuer des loups se multiplient. D'une part des "tirs de prélèvements" sont accordés par l'administration : cette année il y en a 24, pour 250 loups recensés en France. D'autre part des "tirs de défense" sont accordés à des éleveurs. Pour la première fois deux fusils peuvent être utilisés pour tirer sur un loup, en cas d'autorisation de "tir de défense".