Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le chômage ne baissera pas en 2013, selon l'INSEE

- Mis à jour le -
Par France Bleu

Selon l'INSEE, le taux de chômage devrait continuer d'augmenter jusqu'à la fin de l'année, pour atteindre 10,7% en métropole, battant presque le record historique. La France, selon l'institut, continuerait de détruire plus d'emplois qu'elle n'en crée.

Les chiffres du chômage sont en hausse
Les chiffres du chômage sont en hausse © Maxppp

François Hollande a maintenu, jeudi, son objectif : parvenir à inverser la courbe du chômage, de façon durable, avant la fin de l'année 2013. Et pourtant, selon l'Institut national de statistique, ce sera mission impossible.

Les dernières estimations de l'INSEE prévoient un taux de chômage à 10,7% pour la fin 2013 (11,1% si l'on inclut les départements d'Outre-mer). Un taux qui serait donc tout proche du record historique, à 10,8%, atteint par deux fois, en 1994 et 1997. Au premier trimestre 2013, il s'élevait à 10,4% (10,8% avec les DOM).

La raison de cette poursuite de l'augmentation : des destructions d'emplois toujours supérieures aux créations. Au total, sur l'année, la différence entre les emplois détruits et ceux créés serait de 113.000. En revanche, l'augmentation du taux de chômage devrait être plus lente en 2013 qu'en 2012, en raison de la hausse du nombre d'emplois aidés.

Une croissance toujours morose

Pour parvenir à l'objectif d'inversion fixé par François Hollande, il faudrait que la France bénéficie d'une croissance comprise entre 1% et 2%. Or ce ne sera pas le cas selon les prévisions de l'INSEE : l'économie française devrait se contracter d'environ 0,1% sur l'année 2013, et ce malgré un léger rebond attendu au printemps (+ 0,2%), permis notamment par le commerce extérieur.

Les explications de Cédric Audenis, chef du département de la conjoncture à l'INSEE

La demande intérieure de son côté serait en berne, avec une baisse de la consommation des ménages, estimée à -0,1% en 2013 (un chiffre qui reste moins élevé que celui de 2012, à -0,4%). Pourtant le pouvoir d'achat des ménages se stabiliserait, avec une légère hausse de 0,2%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu