Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le djihadiste français Gilles Le Guen est en France

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le djihadiste nantais Gilles Le Guen, arrêté au Mali fin avril, est arrivé en France où il va être interrogé par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Le djihadiste français Gilles Le Guen
Le djihadiste français Gilles Le Guen

Gilles Le Guen, qui avait mis en garde début octobre dans une vidéo la France contre une intervention militaire au Mali, a été arrêté à Tombouctou fin avril par l'armée française avant d'être remis aux autorités maliennes. "Il va être interrogé et nous devons savoir quel a été précisément son parcours ", a dit Manuel Valls. "La DCRI fait un travail de très grande qualité et aura davantage de moyens, c'est la décision du président de la République pour lutter contre la menace terroriste ." 

Gilles Le Guen est né le 21 février 1955 à Nantes. Il est titulaire d'un brevet de la marine marchande obtenu à la fin des années 80. L'homme a beaucoup voyagé avant de s'installer au Maroc, en Mauritanie puis au Mali depuis cinq ans avec sa deuxième épouse, une Marocaine.

"Un paumé qui devient terroriste"

Il avait été arrêté dans la nuit du 28 au 29 avril dans la région de Tombouctou par les forces spéciales françaises. Il avait été transféré la semaine dernière de Gao (nord) à Bamako, où l'armée malienne devait engager une procédure d'expulsion. Selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, "il avait combattu manifestement déjà dans les groupes jihadistes ". Le ministre a décrit "une dérive individuelle de fanatisme ". "C'est un paumé qui devient terroriste ", avait-il expliqué après son arrestation.

Un rapport parlementaire rendu public lundi pointe un manque de moyens des services de renseignement français et recommande de "renforcer sensiblement les moyens de lutte contre le terrorisme".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess