Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le dopage vu par nos confrères suisses de la RTS

-
Par France Bleu Besançon

A quelques jours du départ du Tour de France, une découverte a été réalisée par le laboratoire suisse d'analyse du dopage. Les chercheurs lausannois, mais aussi allemands, ont mis au point un test pour détecter les auto-transfusions chez les sportifs. Le procédé : s'injecter son propre sang enrichi en globules rouges.

Logo RTS
Logo RTS - RTS

Cette découverte, qui fait l'objet d'une publication dans la revue Plos ONE, est d'autant plus importante que les laboratoires anti-dopage sont aujourd'hui démunis pour détecter cette pratique.

Des traces de plastique dans les urines (des plastiques présents dans les poches de sang transfusé) c'est le seul indice aujourd'hui qui permet de détecter les autotransions. Un indice mais pas une preuve irréfutable pour les autorités anti-dopage. D'où l'intérêt pour ce test sanguin développé par les chercheurs lausannois. Un test basé sur deux facteurs. D'un côté la hausse des micro-ARN des dérivés de notre génôme qui sont produits en excès par les poumons et le foie après une autotransfusion trois à quatre fois plus qu'en temps normal. Et l'autre facteur, c'est la baisse du taux d'EPO cette hormone de production de globules rouges. Logique car après une autotransfusion les globules rouges sont artificiellement plus nombreux dans le sang plus besoin donc d'en fabriquer. Un grand intérêt donc. Même de la part de l'agence mondiale anti-dopage. Mais patience il faudra encore attendre au moins 3 ans avant que le test ne soit homologué.

  • Suisse
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu