Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire d'Arcangues accepte finalement de marier un couple homo

-
Par France Bleu

Jean-Michel Colo, le maire d'Arcangues, mariera finalement dans sa commune un couple homosexuel qui en avait fait la demande. C'est un adjoint "volontaire" qui célèbrera le mariage. La municipalité était sous la menace d'une sanction judiciaire en cas de refus.

Jean-Michel Colo, le maire d'Arcangues, a interdit à deux conseillères municipales de marier le couple.
Jean-Michel Colo, le maire d'Arcangues, a interdit à deux conseillères municipales de marier le couple. © Maxppp

Le maire d'Arcangues a cédé. Jean-Michel Colo, qui avait refusé de célébrer un mariage gay, accepte finalement que deux hommes se marient dans sa commune. Interviewé sur l'antenne de France Bleu Pays Basque, le maire divers droite d'Arcangues a affirmé que le mariage aurait lieu, célébré par un adjoint "volontaire ". 

Mariage homosexuel : Jean-Michel Colo, maire d'Arcangues, invité de France Bleu Pays Basque

Parmi les critères qui l'ont décidé, Jean-Michel Colo confie que la menace d'une attaque en justice, qui aurait pu se solder par une astreinte de 1.000 euros par jour. "On avait reçu un référé, on avait une astreinte de 1.000 euros par jour, ce n'est pas sérieux. Vous avez 1.000 euros à sortir par jour, vous ? Moi non plus, mes adjoints non plus. On ne voulait pas aller jusque-là, et on a eu raison ", explique-t-il. 

Mais Jean-Michel Colo affirme que "personnellement " il continuera le combat. Il "souhaite sincèrement être reçu " par Manuel Valls, qui l'avait également menacé de sanction. "Il y a forcément d'autres maires qui ne voudront pas faire les mariages, et au nom de quoi un conseiller municipal qui ne voudrait pas le faire y serait obligé ? " ajoute-t-il. Il assure ne rien regretter de ce bras-de-fer médiatisé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu