Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maïs souffre de la sécheresse

mardi 11 août 2015 à 19:39 France Bleu Creuse

Selon le ministère de l’Agriculture, la production de maïs pourrait baisser de près de 30% par rapport à l’an dernier. En Creuse, selon plusieurs éleveurs, l'état du maïs est très inquiétant.

Le maïs n'a jamais été aussi rachitique en Creuse
Le maïs n'a jamais été aussi rachitique en Creuse © Radio France - - Antoine Balandra

A Evaux-les-Bains, Jean-François Aucouturier possède sept parcelles de maïs, toutes plus abîmées les unes que les autres. L’éleveur creusois a mis les céréales en culture il y a trois mois. Les pieds devraient mesurer entre deux mètres et deux mètres cinquante , mais ici ils avoisinent seulement le mètre. 

Jean-Pierre Chapy,éleveur à Evaux-les-Bains et élu à la chambre d’agriculture, spécialiste des dossiers de calamités agricoles

La faible croissance de la plante est immédiatement visible, les épis sont à peine "nés" et sur les parcelles les plus précoces le grain devrait être formé. Par rapport à une année moyenne, l'agriculteur estime sa récolte à un tiers de rendement et deux tiers de perte . D'après lui, il devrait produire quatre tonnes de matière sèche contre douze habituellement. 

Un coût supplémentaire de 20.000 euros

Jean-François Aucouturier possède 23 hectares et 130 vaches. Avec le maïs, il nourrit et engraisse les vaches et tous les nouveaux-nés. Pour compenser la perte du maïs, il faudra acheter des d'autres céréale. Un coût supplémentaire d'envion 20.000 euros selon les calculs de Jean-François Aucouturier. Pour passer cette période délicate, l'éleveur pourrait supprimer, ponctuellement, son activité engraissement , c’est-à-dire vendre ses animaux en maigre, et se concentrer sur le cheptel-souche.

Reportage à Evaux-les-Bains de Fabien Arnet