Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Point Rencontre de Bordeaux menacé

-
Par , France Bleu

Les employés et les parents du Point Rencontre de Bordeaux ont manifesté ce matin et tire la sonnette d'alarme. Le Point Rencontre est le seul lieu où les parents et les enfants peuvent se rencontrer après des séparations compliquées. Aujourd'hui, l'association est menacée de disparition en raison de la perte d'une subvention.

Quelques parents se sont réunis devant le palais de justice
Quelques parents se sont réunis devant le palais de justice © Radio France

Le Point Rencontre de Bordeaux pourrait disparaître dans les mois qui viennent. La situation financière de l'association, créée à Bordeaux en 1986, s'aggrave depuis quelques mois. La raison est assez simple. Depuis des années l'association est financé en grande partie par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale. En grand partie c'est à dire à 45%, presque la moitié donc de son budget. Seul souci fin 2012 la subvention a été stoppée dans le cadre de la réduction du déficit de la France.

Agnès Lizot, secrétaire du Point Rencontre de Bordeaux

Le déficit de l'association se creuse

L'association continue tout de même à fonctionner aujourd'hui, mais ses finances inquiétent. En 2012, le Point Rencontre a accumulé un déficit 40 000 euros. Un déficit qui devrait d'ailleurs doubler cette année puisque l'association a perdu la moitié de son financement. Mais le plus inquiétant dans cette histoire, ce sont pour les enfants et parents. L'année dernière, la structure a accueilli 2 500 visites et 350 familles. Dès septembre, il faudra réduire la voilure. Par exemple, si un parent pouvait voir 2 fois son enfant dans le même mois, à la rentrée ce ne sera plus qu'une seule fois par mois.

Les parents sont inquiets

Choix de la station

À venir dansDanssecondess