Le propriétaire du château Angélus porte plainte contre l'auteure du livre Vino Business

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde jeudi 13 mars 2014 à 14:32

Hubert de Boüard, le propriétaire du Château Angelus
Hubert de Boüard, le propriétaire du Château Angelus © Radio France

Hubert de Boüard a déposé une plainte en diffamation contre Isabelle Saporta, dont le livre <em>Vino Business</Em> provoque la polémique. Le propriétaire du château Angélus à Saint-Émilion estime être mis en accusation de manière <em>"totalement infondée"</em>.

Vino Business est un livre à charge. Un livre qui met en accusation le monde du vin et principalement le petit monde viticole de Saint-Émilion. Car c'est le nouveau classement des vins de Saint-Émilion qui est essentiellement dénoncé dans l'ouvrage signé Isabelle Saporta. Ce classement 2012 a sacré deux propriétés : le château Angélus et le château Pavie . Ils ont rejoint au rang de 1er grand cru classé A les historiques Cheval Blanc et Ausone.

Hubert de Boüard, propriétaire du château Angélus, est également premier jura dans la confrérie des vins de Saint-Émilion et conseiller viticole de plusieurs propriétés. Il lui est reproché d'avoir été membre du Comité régional et national de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), l'Institut saisi pour édicter les nouvelles règles du classement des vins de Saint-Émilion. Dans un communiqué, Hubert de Boüard réfute avoir été juge et partie.

"Toutes les garanties ont été apportées pour garantir au classement son impartialité. Le classement a été mené par des organismes certificateurs indépendants. Le règlement de classement a été homologué par les ministères de l'Agriculture et de l'Economie et publié au Journal Officiel."

Hubert de Boüard a donc décidé de porter plainte pour diffamation publique contre Isabelle Saporta et contre son éditeur Albin Michel. Interrogée par l'AFP, Isabelle Saporta se dit étonnée.

"Le vin est un monde de courtisanerie. J'ai mis les pieds dans le plat et ça ne plaît pas."

Le classement 2012 des vins de Saint-Émilion a déjà été remis en question par certains propriétaires qui en ont été évincés. Ce classement est attaqué devant le Conseil d'État et une plainte pénale a été déposée pour prise illégale d'intérêt.