Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le TGV en Auvergne : pas avant 2030

-
Par France Bleu Pays d'Auvergne

Il faudra attendre au moins 17 ans avant de voir se concrétiser le projet de LGV "Paris-Orléans-Clermont-Lyon". Premières indiscrétions avant la remise du rapport de la commission chargée de désigner les projets prioritaires en France en matière d'infrastructure de transport.

TGV (illustration)*
TGV (illustration)*

Il faudra donc attendre 2030 pour voir un TGV circuler entre Clermont et Paris. Une information qui a filtré de ce rapport qui sera rendu mercredi prochain par la commission mobilité 21. Une commission qui avait pour rôle de définir les projets d'infrastructures prioritaires dans le domaine des transports.

La Ligne à Grande Vitesse "Paris-Orléans-Clermont-Lyon", le fameux "Pocl" figure bien dans les projets à réaliser, mais pas avant 17 ans. Etonnant donné les contraintes techniques et financières d'une telle construction, le délai n'étonne pas René Souchon, le président du Conseil Régional d'Auvergne.

30 ans pour faire venir le TGV en Auvergne, un délai sans surprise pour René Souchon.

Outre le prix et la complexité de ce projet Pocl il faudra également prendre en compte la future saturation de l'actuelle ligne Paris-Lyon, prévue entre 2025 et 2035.

Pour René Souchon, il y a énormément de paramètres à prendre en compte avant une réalisation de cette LGV "Pocl"

D'ici les 17 années à venir (au moins), la commission 21 estime en tout cas qu'il est possible de faire circuler des trains plus importants et à intervalles plus rapprochés sur la ligne existante.

De son côté, le président de la région Auvergne avait rendez-vous dès ce mercredi matin avec Guillaume Pépy, le patron de la SNCF. Il doit également rencontrer le 10 juillet le ministre des transports.

Une chose est sûre : la seule LGV qui pourrait être construite dans les 10 ou 15 prochaines années, serait la ligne Bordeaux / Toulouse.

Choix de la station

France Bleu