Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les anti-mariage gay à nouveau dans la rue dimanche, dans un climat tendu

-
Par France Bleu

La loi est promulguée et les premières unions seront célébrées dans quelques jours, mais les adversaires du mariage homosexuel seront encore dans la rue dimanche, jour de la Fête des mères, pour exprimer leur opposition au texte, dans un climat tendu.

Frigide Barjot hésite à manifester en raison de menaces qui pèseraient sur sa sécurité.
Frigide Barjot hésite à manifester en raison de menaces qui pèseraient sur sa sécurité. © Maxppp

La loi  a été votée, mais la tension n’est pas retombée, au contraire : l'égérie des anti-mariage homo, Frigide Barjot, porte-parole du collectif La manif pour tous , disait elle-même jeudi "hésiter à aller manifester", en raison du climat de violence et des "menaces" qui pèseraient sur elle, même si Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, a assuré qu’elle ferait l’objet d’une protection. Si les adversaires du mariage homosexuel seront encore dans la rue dimanche, jour de la Fête des mères, pour exprimer leur opposition au texte, le climat s’est tendu, divisant même à droite.  

intégriste frigide barjot printemps français manif pour tous
intégriste frigide barjot printemps français manif pour tous

Tiède soutien de l’UMP

Des responsables de l'UMP déplorent ainsi en privé "une récupération politicienne", d'autres, comme l'ancien ministre François Baroin, fustigent publiquement "une faute", Bernard Accoyer s'inquiétant d'"une initiative dangereuse". "Il n'est pas question pour moi de défiler derrière des banderoles qui appellent soit à la désobéissance civile, soit à une récupération politique qui ne peut profiter qu'à l'extrême droite", expliquait jeudi François Baroin  dans Sud Ouest.  François Fillon, Luc Chatel, Bruno Le Maire ou Nathalie Kosciusko-Morizet refusent aussi de se joindre au cortège.

Les catholiques intégristes appellent à un "grand coup de balai"

Annonçant une mobilisation "massive", les anti ont prévu, comme lors de leur premier grand défilé national du 13 janvier, trois cortèges qui convergeront tous à partir de 14 heures vers l'esplanade des Invalides. Deux départs auront lieu dans l'ouest parisien: un depuis la porte Dauphine, avec en tête des élus de l'UMP et du FN, un autre depuis la porte de Saint-Cloud. Le dernier est fixé gare d'Austerlitz. Appelant à un "grand coup de balai", l'Institut Civitas, proche des catholiques intégristes, organise de son côté son rassemblement, à partir de 14h30, de la place Général Catroux à l'Opéra.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess