Dimitri Imbert

Journaliste à France Bleu Besançon.

Ses dernières publications

Pour le Conseil national de protection de la nature, "la pérennité de la pratique des sports d'hiver en moyenne montagne en France n'est absolument pas garantie".
Enceinte de trois mois, la jeune femme de 20 ans a été jetée à terre et frappée au ventre à coups de pied
Yvette et Lucien s'aiment encore comme au premier jour.
Au lieu dit "les Balançoires", dans le défilé d'Entreroches, on peut traverser la rivière à pied.
Sur place, le public pourra découvrir toutes les étapes de la fabrication d'un moteur.
Depuis 2017, le Franc-comtois Alexandre Pasteur est la voix du Tour sur France télévisions.
Les nuages de fumée qui s'échappent de l'incendie sont visibles à plusieurs kilomètres.
L'accident s'est produit peu avant midi sur la RD 427 aux Fontenelles près de Bonnétage dans le Doubs.
Le camion a perdu son chargement de paille dans le tunnel de Fontain.
Pour lutter contre la chaleur et la déshydratation, les vaches recherchent l'ombre et boivent deux fois plus que d'habitude, jsuqu'à 100 litres d'eau par jour.
Le CHU de Besançon.
Selon le syndicat Sud santé sociaux, les équipes sont épuisées en raison des sous effectifs permanents. Photo syndicats CHU.
Dans cette zone limitée à 30 km/h, rares sont les automobilistes qui respectent la vitesse ou les sens de circulation. Ils sont désormais appelés par de grands panneaux à un peu plus de civisme.
Le médecin anesthésiste Frédéric Péchier est soupçonné de 24 empoisonnements. Le 12 juin, la Cour d'appel de Besançon a décidé de le laisser libre sous contrôle judiciaire.
Me Schwerdorffer, l'avocat du mari d'Alexia Daval
Une traversée de 802 mètres de long sur un fil perché à près de 200 m du sol.
Les membres du Collectif de défense des hôpitaux publics de Dole a fait remplir des feuilles de soins aux passants toute la matinée.
Le docteur Péchier, au second plan, lors de son arrivée au palais de justice de Besançon.
Cette opération commune entre la douane suisse et la DREAL était une première. En 2018, près de 6000 véhicules ont été contrôlés par les services de l'Etat français en Bourgogne-Franche-Comté.
Selon le tribunal, les travaux engendrés par le projet « conduiraient à la disparition d’un corridor écologique ».