Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les salariés de Condat votent la grève

-
Par , France Bleu Périgord

Réunis en assemblée générale ce lundi après-midi, les salariés des papeteries de Condat ont voté la grève. A l'appel de la CGT et FO, les papetiers sont appelés à cesser le travail après-demain mercredi.

Condat: l'assemblée générale vote la grève
Condat: l'assemblée générale vote la grève © Radio France - Antoine Balandra

Ils étaient une soixantaine cet après-midi réunis dans le réfectoire des papeteries de Condat. L'ambiance était plutôt tendue et les discussions ont été vives. Après 2h30 de débat, la majorité des salariés présents a décidé de voter la grève proposée par la CGT et FO. le préavis a été déposé pour après-demain mercredi, de 4h du matin à 4h le lendemain.

"Les politiques nous ont laché" estiment de nombreux salariés, écoeurés et désabusés

Les syndicats réclament toujours l'annulation du plan social qui prévoit 139 suppressions d'emplois sur le site du Lardin Saint Lazare. Cet après-midi, certains salariés repprochaient également "aux politiques de les avoir laché".

La CGT appellent les salariés grèvistes à participer à la manifestation organisée à Périgueux ce mercredi en fin d'après-midi. Plusieurs organisations syndicales appellent en effet à un rassemblement à la veille de l'ouverture de la conférence sociale. 

Et pour faire pression, 100 femmes et mères de papetiers ont décidé d'écrire une lettre à François Hollande. Et cela pour dire leur inquiètude  et leur colère face à des promesses qu'elles estiment non tenues. "Ce ne sont pas que 139 hommes qui risquent d'être licenciés, ce sont 139 familles qui vivent avec cette angoisse" y écrivent-elles notamment.

Chantal Andrade, la maman d'un salarié de Condat menacé par le plan social est écoeurée

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu