Les SMS ne sont pas une menace pour l'orthographe des adolescents

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 19 mars 2014 à 10:02

SMS
SMS © MaxPPP

Une étude publiée mardi affirme que la pratique des textos n'a pas d'influence néfaste sur l'orthographe des collégiens. Au contraire selon ces chercheurs français, ces messages par téléphone sont une occasion de plus d'exercer son écrit.

"SLT" pour dire "salut", "LOL" pour signifier que l'on rigole, et bien d'autres encore... On les appelle les "textismes" , des variantes et approximations orthographiques employées dans les SMS, pour faire plus vite et plus court qu'avec le français classique. Souvent utilisées par les jeunes et montrées du doigt par les parents, ces libertés ne sont pas néfastes pour l'orthographe des collégiens. C'est le constat d'une étude* publiée mardi par des chercheurs français.

Réinventer l'écrit

"C'est le niveau général d'orthographe des collégiens français qui détermine le type de fautes présent dans les SMS" , et pas le contraire, selon le CNRS. Avoir peur que les textos ne fassent baisser le niveau d'orthographe des jeunes est donc pour ces chercheurs une idée reçue.

Les SMS seraient au contraire l'occasion de pratiquer son écrit, et même de l'enrichir de manière inventive : "Contrairement aux craintes souvent exprimées, ce sont les bons élèves en orthographe qui font beaucoup de textismes en rupture avec le code traditionnel et les moins bons qui en font le moins" , souligne le CNRS.

Le portable, outil pédagogique ?

Les scientifiques vont plus loin, partant du constat qu'écrire de manière traditionnelle ou écrire des textos dépendent des mêmes capacités cognitives. Puisque le téléphone mobile et les SMS sont utilisés avec plaisir par les adolescents, "ils pourraient donc être utilisés comme support d'apprentissages scolaires, idée que l'Unesco avait déjà soutenue en 2010" .

*Cette étude a été menée sur 4.524 SMS rédigés par 19 jeunes âgés de douze ans et qui n'avaient jamais possédé ou utilisé de téléphone mobile avant le début de l'étude.

Partager sur :