Les viticulteurs bio inquiets après le procès contre l'un d'eux à Dijon

Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine mercredi 26 février 2014 à 8:13

Emmanuel Giboulot refuse de traiter ses vignes contre un insecte parasite
Emmanuel Giboulot refuse de traiter ses vignes contre un insecte parasite © MaxPPP

Le parquet de Dijon a requis 1.000 euros d'amende à l'encontre du viticulteur qui refuse de traiter ses vignes contre la cicadelle, cet insecte porteur de la flavescence dorée.

Emmanuel Giboulot qui produit du vin bio dans le Beaunois a comparu ce mardi en justice,  pour ne pas avoir appliqué l'arrêté qui impose aux viticulteurs un traitement pesticide. L'affaire fait réagir les viticulteurs bio en Touraine, comme Bertrand Joussé à Montlouis, très remonté contre les pouvoirs publics. A ses yeux, ils ne comprennent rien au travail de la viticulture biologique.

Bertrand Joussé viticulteur bio à Montlouis

 A la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire, les positions sont beaucoup moins tranchées. Faut-il traiter ou pas traiter ? Pour Pascal Mallier, technicien viticole à la chambre d'agriculture d'Indre et Loire, le problème ne se résume pas à cette simple question.

Pascal Mallier, technicien viticole à la chambre d'agriculture d'Indre et Loire

Le vignoble de Touraine n'est pas encore touché par la flavescence dorée, mais comme tous les vignobles il est menacé. Les techniciens de la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire affirment que la cicadelle remonte du Sud vers le Centre et le Nord de la France. Rappellons que cet insecte détruit les pieds de vigne de façon définitive.

Partager sur :