Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent après la forte humidité

France Bleu Gironde mercredi 26 juin 2013 à 7:20

Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent la forte humidité
Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent la forte humidité © Pierre Marie Gros - Radio France

Six châteaux du Bordelais, la moitié en Saint Emilion, l'autre moitié en Pessac-Léognan, ont obtenu de la Préfecture une dérogation exceptionnelle pour réaliser des épandages aériens de pesticides. Mais ils devraient finalement s'en passer.

La fraîcheur a retardé un possible développement du mildiou et de l'oïdum. Cette moisissure et ce champignon peuvent faire des ravages en s'attaquant aux grappes et aux feuilles. Au stade actuel, il n'y a pas péril en la demeure.

Mais les températures cette semaine repassent pour les maximales, au dessus de 20° dans la journée.

Avec l'humidité ambiante, les risques de maladie s'aggravent.

Il faut donc appliquer un traitement préventif, avant la fin de la semaine. Les six chateaux qui ont demandé la dérogation devraient finalement utiliser les méthodes traditionnelles de traitement, par les tracteurs et les pulvérisateurs. L'autorisation exceptionnelle de pulvériser les produits phytosanitaires à l'aide d'un hélicoptère, devait leur permettre de survoler les vignes, gorgées d'eau, et inaccessibles.

Les épandages aériens sont devenus inutiles

Mais depuis, la météo s'est améliorée. Les sols ne sont plus aussi boueux, et le temps devrait rester sec dans les jours qui viennent. Pas besoin donc d'avoir recours à la technique aérienne, très décriée par les défenseurs de l'environnement. Technique interdite d'ailleurs depuis 2009 et autorisée uniquement à titre dérogatoire.

Au château Bouscaut, à Cadaujac (47 hectares en appelllation Pessac-Léognan), le propriétaire Laurent Cogombles a choisi les méthodes traditionnelles de traitement phytosanitaires, avec tracteurs ou pulvérisateurs. Si la vigne est pour l'instant dans un bon état sanitaire, une chose est sûre en tout cas : la floraison a pris deux à trois semaines de retard.

Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent la forte humidité

 

Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent la forte humidité - Pierre Marie Gros - Radio France
Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent la forte humidité © Pierre Marie Gros - Radio France

Les viticulteurs du Bordelais au chevet de la vigne : le mildiou et l'oïdium menacent la forte humidité

Partager sur :