Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Animaux

Puy-de-Dôme : plus de 200 animaux attendent de trouver un propriétaire à l'APA de Gerzat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le refuge de l'Association protectrice des animaux (APA), situé à Gerzat, est à saturation, car le nombre d'adoptions est bien inférieur au nombre d'abandons.

Nombreux sont les chiens qui attendent un nouveau maître
Nombreux sont les chiens qui attendent un nouveau maître © Radio France - Léo Corcos

Dans le hall de l'Association protectrice des animaux, une dame, accompagnée de ses deux petits-enfants, vient à la rencontre de Michel-Antoine Sibiaud, le directeur de la structure. "Je viens pour finaliser l'adoption de Pato." Pato, c'est ce labrador noir qu'elle tient au bout d'une laisse. "Au début, je voulais un petit chien, mais ceux que j'ai vus ne me correspondaient pas. Et l'une des soigneuses m'a proposé Pato. Il m'a léché les mains, on a fait un tour en laisse, je l'ai amené huit jours à la maison, et le feeling est très bien passé. Je vais le garder. En plus, je viens de perdre mon mari, alors on se tiendra mutuellement compagnie", dit-elle avec émotion. Malheureusement, Pato est l'un des trop rares cas d'adoption dans le refuge.

Pato vient de trouver sa nouvelle maîtresse. - Radio France
Pato vient de trouver sa nouvelle maîtresse. © Radio France - Léo Corcos

Une cinquantaine de chiens abandonnés en juin et en juillet

L'an dernier, l'APA de Gerzat déplorait une hausse de 10 à 15% du nombre d'abandons. Cette année, les chiffres sont "sensiblement les mêmes", selon Michel-Antoine Sibiaud. "J'ai entendu dire que nous étions champions du monde, ou d'Europe, des abandons. Je crois franchement que, en effet, nous sommes numéro un, et qu'on va fracasser des records", se désole-t-il. L'établissement accueille un nombre variable d'animaux, mais, bien souvent, ils sont plus de deux cents pensionnaires. Sur les mois de juin et de juillet, une cinquantaine de chiens ont été abandonnés. 

"S'il est vrai que l'intérêt pour le monde animal est en train de grandir, l'inconséquence humaine grandit également" - Michel-Antoine Sibiaud, directeur de l'APA de Gerzat

Le chat se repose en attendant de trouver un nouveau propriétaire. - Radio France
Le chat se repose en attendant de trouver un nouveau propriétaire. © Radio France - Léo Corcos

Les cages dans l'espace extérieur sont remplies de chiens, et les chatteries débordent de chats. Certains animaux ont même été provisoirement installés dans une cuisine ! Car qui dit espace saturé, dit beaucoup de travail pour les 13 salariés, comme l'explique l'une d'entre elles, Virginie, qui s'occupe des chats. "Le matin, il faut nourrir les chats, prodiguer les soins nécessaires, puis il y a facilement _quatre heures de nettoyage_. L'après-midi, c'est pareil, et il y a aussi les adoptions à traiter. On a eu plus d'entrées que de sorties, notamment parce que les gens sont en vacances. Mais là, le 15 août est passé, on devrait avoir plus d'adoptions", espère-t-elle.

Nombre de chats se baladent dans la structure. - Radio France
Nombre de chats se baladent dans la structure. © Radio France - Léo Corcos

L'adoption est un engagement sur le long terme

L'adoption, bien souvent, est une question de feeling. "C'est la relation humaine ! Il y a des animaux qui sont là depuis 6 mois, et puis un beau jour, il trouve la bonne famille", raconte Michel-Antoine Sibiaud. Mais surtout, quiconque souhaite adopter un chat ou un chien doit pouvoir être sûr de s'en occuper à 100%. Le pire, pour l'APA, c'est de voir un animal payer les frais du manque de moyens de son maître. "C'est terrible pour nous de voir, comme ce fut le cas il y a quelques jours, une femme expulsée de son logement, qui a sacrifié ses derniers sous pour nourrir ses chats, et qui nous a confié ses chats car elle ne pouvait plus assumer les frais. Il y a des gens qui se retrouvent en difficulté alors que quand ils ont pris l'animal, ils pouvaient l'assumer. Ce sont les cas les plus tragiques pour nous.", s'attriste le directeur de l'APA.

La structure étant saturée, les rottweilers ont été rassemblés dans une seule cage - Radio France
La structure étant saturée, les rottweilers ont été rassemblés dans une seule cage © Radio France - Léo Corcos

Bien souvent, le reflet de la misère animale que nous traitons est le reflet de la misère humaine que notre société génère - Michel-Antoine Sibiaud

La viabilité économique est donc devenu un critère essentiel à l'adoption. "Adopter un animal, c'est pas seulement se faire plaisir, c'est aussi lui faire plaisir. Et pour cela, il faut assumer le coût de la nourriture ou des soins vétérinaires, qui ne sont souvent pas donnés. Un animal, ce n'est pas seulement le bonheur qu'il nous apporte, c'est aussi celui qu'on lui apporte", assène Michel-Antoine Sibiaud. Il estime que le budget moyen mensuel pour un animal se situe entre 100 et 150 euros. Un coût non-négligeable donc, qui alimente le message de sensibilisation de l'APA de Gerzat. "On souhaite _un peu plus de sagesse humaine_, et souhaiter que la situation des animaux s'améliore", conclut le directeur de l'association.

Chanel a de l'amour à revendre. - Radio France
Chanel a de l'amour à revendre. © Radio France - Léo Corcos
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu