Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Bien-être - Santé

Bonne élève écolo, Anne n'a pas attendu le rapport du GIEC pour manger mieux

-
Par , France Bleu Armorique

Manger mieux et moins de viande. Voici quelques unes des préconisations du GIEC pour nourrir une population grandissante tout en contenant le réchauffement climatique. Mais certains n'ont pas attendu les experts onusiens pour s'y mettre. Rencontre au Rheu avec Anne, écolo du quotidien.

Depuis plusieurs années, Anne a adapté son mode de vie à l'urgence écologique.
Depuis plusieurs années, Anne a adapté son mode de vie à l'urgence écologique. © Radio France - Théo Meunier

Le Rheu, France

Une gourde, des bocaux réutilisables, un compost : il suffit de faire un tour de la maison de Anne pour constater que la panoplie de l'écolo de maison est bien complète. A 57 ans, Anne est pleinement entrée dans l'ère de l'écologie citoyenne. "Je faisais déjà attention à acheter du bio, du local et peu de produits transformés, mais c'est vrai que ça s'est accéléré quand j'ai pris connaissance du précédent rapport du GIEC et de toutes les alertes concernant la planète et la façon dont on la traite", assure Anne.

Dans les placards de Anne, bocaux et sachets en tissus permettent de limiter les déchets. - Radio France
Dans les placards de Anne, bocaux et sachets en tissus permettent de limiter les déchets. © Radio France - Théo Meunier

"Faire fonctionner son intelligence de consommateur"

Depuis un an, cette habitante du Rheu près de Rennes, a également arrêté de manger de la viande, mais continue de consommer des oeufs et du lait bio. Retraitée modeste, Anne souhaite tordre le cou à l'idée selon laquelle ce mode de vie serait nécessairement onéreux. "Quand on dit bio et local cela veut aussi dire de saison, précise-t-elle.  Donc par exemple les gens disent toujours que les tomates bios sont chères mais les dernières tomates bios que j'ai achetées et qui sont absolument délicieuses, je les ai achetée à 3,40€ le kilo ce qui ne me semble pas  excessif. Il faut simplement faire fonctionner son intelligence de consommateur".

Pas ou peu de plastique et des aliments achetés en vrac, tout semble pensé pour jeter et consommer moins. "La seule chose que je ne fais pas encore ce sont mes propres produits ménagers. Mais j'y pense !", avoue la Rheusoise. Alors Anne, bonne élève écolo ? "Plutôt une citoyenne qui a envie de retrouver une harmonie avec la planète".