Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cinéma

La Cinémathèque de Bourgogne dans ses nouveaux locaux à Dijon

mercredi 2 mai 2018 à 20:45 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

La Cinémathèque régionale de Bourgogne a emménagé rue Parmentier à Dijon sur 400 mètres carrés. Le double de ce dont elle disposait auparavant sur le campus universitaire. Il faut bien ça pour stocker son matériel et accueillir le public.

Dans l'espace de conservation, des bobines de films s'entassent sur des rayonnages.
Dans l'espace de conservation, des bobines de films s'entassent sur des rayonnages. © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

C'est un nouveau point de ralliement pour les cinéphiles bourguignons. La Cinémathèque régionale de Bourgogne a inauguré ce 2 mai ses nouveaux locaux 27 rue Parmentier à Dijon. Elle y conserve un fonds de 18.000 copies de films, des affiches, des photos, du matériel de projection, et dispose d'une bibliothèque avec 2000 ouvrages libres à la consultation.

Marine Hajduk directrice adjointe de la cinémathèque, se faufile entre les rayonnages chargés de matériel. Les films sont professionnels ou amateurs. Une simple bobine familiale en Super 8 peut-être riche d’enseignements : « on a un film qu’on aime bien montrer. C’est une famille qui se promène au-dessus de Dijon, et derrière elle, on voit le lac Kir en construction. Ce sont des images d’archives super, et on trouve des moyens pour les valoriser et les mettre à la disposition du public." Les Bourguignons sont d'ailleurs appelés à confier leurs films à la cinémathèque pour qu'ils soient numérisés.

Le premier étage est aménagé en bibliothèque, où une dizaine de lecteurs peuvent simultanément consulter des livres consacrés au 7e art. - Radio France
Le premier étage est aménagé en bibliothèque, où une dizaine de lecteurs peuvent simultanément consulter des livres consacrés au 7e art. © Radio France - Jacky Page

L'aide des anciens pour mieux comprendre des films locaux

Parfois, il n’est pas simple de décrypter des images non identifiées. A quel événement se rapportent-elles ? Nicholas Petiot, secrétaire général de la cinémathèque, compte alors sur la mémoire des anciens. Des projections ont lieu dans des maisons de retraite : « on appelle ça des séances d’identification, au cours desquelles on propose à nos anciens de nous aider à identifier les lieux, les personnes, qui sont sur le film ».

Qui vient consulter ces documents ? On trouve des chercheurs, des historiens. Ou des réalisateurs de documentaires. Mais le grand public peut aussi feuilleter les 2000 livres de la bibliothèque. Nicholas Petiot veut que ce lieu soit accessible au jeune public : « on propose pour les plus jeunes  des ateliers, de grattage de pellicule, autour de l’affiche, ou autour de la découverte d’un film. Et on tient à ce que cette bibliothèque soit un lieu chaleureux mais aussi de curiosité ».

Dans une vitrine, un cabinet de curiosités. - Radio France
Dans une vitrine, un cabinet de curiosités. © Radio France - Jacky Page

Un cabinet de curiosités

Et à ce propos, la Cinémathèque régionale possède justement un cabinet de curiosités. Dans une vitrine, de vieilles lanternes magiques côtoient des projecteurs portatifs d’un autre âge, ou encore de petites visionneuses baptisées Pathéorama. Lancées dans les années 1920, elles permettaient de faire défiler les images d’un petit film en actionnant une molette. C’était, explique Philippe Vidal, autre membre de la cinémathèque, l’ancêtre en quelque sorte des bandes annonces d’aujourd’hui. La société Pathé y faisait ainsi la promotion de ses films pour inciter le public à aller les voir au cinéma.

La Cinémathèque régionale porte le nom de Jean Douchet, critique et historien du cinéma, qui sera invité le 7 mai à 20h30 pour une analyse du film Le Pirate, de Vincente Minelli. Ce sera à la Ferronnerie, 2 rue Auguste Comte. La Ferronnerie où jusqu’au 8 mai se tient un cinéma de quartier éphémère, baptisé Le Kraken, puisque la programmation s’intéresse plus particulièrement au thème de la piraterie.