Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

« La Grande Vadrouille », 50 ans après le tournage : un souvenir toujours vivace à Meursault

mardi 12 juillet 2016 à 20:45 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne et France Bleu

L'un des plus grands succès du cinéma français fête ses 50 ans. Le tournage s'était déroulé en 1966 notamment à Meursault, commune viticole de Côte-d'Or où les anciens figurants se souviennent.

Michel Pouhin et Hubert Bouzereau sur les lieux du tournage où ils ont été figurants
Michel Pouhin et Hubert Bouzereau sur les lieux du tournage où ils ont été figurants © Radio France - Jacky Page

21190 Meursault, France

A l'occasion du cinquantenaire du film culte, La Grande Vadrouille de Gérard Oury s'offre une version restaurée en haute définition, qui sort en salles ce mercredi 13 juillet 2016. Dans la scène de l'incendie de la Kommandantur (dans la réalité la mairie de Meursault), on voit des pompiers arriver dans un vieux camion et s'affairer à éteindre le feu.

→ QUIZ - La Grande Vadrouille ressort en salles : complétez les dialogues les plus connus

Ces figurants étaient les pompiers volontaires du village. Michel Pouhin, 74 ans, était parmi eux. Il se souvient que l’incendie simulé par des fumigènes s’était transformé en véritable départ de feu, une porte s’étant enflammée. Du coup, la lance à incendie a été réellement mise à contribution. Il évoque avec émotion Bourvil, un homme qui était à la ville comme à l’écran, sympathique et plein d’humour. Le vigneron désigne un espace « Là, sous les arbres il y avait des bancs. Entre deux plans, quand il ne tournait pas, Bourvil venait s’y asseoir avec l’équipe, et il racontait des histoires drôles. On entendait alors son rire bien particulier ».

Louis de Funès, lui, était différent. Quand il ne tournait pas, il prenait sa voiture décapotable et allait se promener. « Un personnage un peu pincé » selon l’expression d’un autre pompier figurant, Hubert Bouzereau. Lui avait 22 ans en ce chaud mois de juin 1966. Il se souvient de la rigueur de Gérard Oury qui leur a fait tourner une scène une bonne vingtaine de fois. Il ne fallait pas qu’un bruit vienne perturber le tournage. Pour restituer un village sous l’occupation, il avait fallu enlever tous les éléments anachroniques, les antennes de télévision, les panneaux publicitaires.

L' antique camion de pompiers Renault utilisé dans la scène de l'incendie, conservé telle une relique. - Radio France
L' antique camion de pompiers Renault utilisé dans la scène de l'incendie, conservé telle une relique. © Radio France - Jacky Page

"Le troisième pompier qui court, c'est moi"

Hubert Bouzereau connaît par cœur la scène qu’il a tournée. « Je suis le troisième pompier qu’on voit courir, et à chaque fois qu’on voit la voiture de pompiers, je suis dedans ». Michel Pouhin, lui, a eu moins de chance. Même en faisant des arrêts sur image, on ne le reconnaît nulle part. Les figurants vignerons se souviennent aussi des contraintes professionnelles qu’impliquait ce tournage. Car à cette époque il y avait beaucoup de mildiou dans les vignes, et au lieu d’aller traiter, ils étaient en train de se démener devant les caméras. Pour leur figuration dans La Grande Vadrouille, les pompiers de Meursault ont reçu 50 francs par jour. Somme qu'ils ont placée dans un pot commun pour s'offrir un voyage et aller découvrir le paquebot France.

Ce film a en tout cas marqué la commune de Meursault. Le camion de pompiers qu’on voit dans le film, un Renault de 1906, trône fièrement dans un espace vitré au complexe sportif Saint-Nicolas, derrière l’ancienne léproserie. Les touristes qui visitent Meursault veulent souvent voir la fameuse Kommandantur. S’ils passent par là le week-end des 3 et 4 septembre, ils seront comblés. La commune va en effet célébrer le demi-siècle de La Grande Vadrouille, avec des festivités au cours desquelles une troupe de comédiens reconstituera des scènes du film.

À lire aussi

QUIZ - La Grande Vadrouille ressort en salles : complétez les dialogues les plus connus

Mende fête les 50 ans de La Grande Vadrouille

Meursault, dans le sud de la Côte-d'Or - Radio France
Meursault, dans le sud de la Côte-d'Or © Radio France - Denis Souilla