Culture – Loisirs

Robert Guédiguian : "Je vais tourner dans la calanque de Méjean, mais faut pas le dire"

Par David Aussillou, France Bleu Provence lundi 10 octobre 2016 à 9:30

Le réalisateur Robert Guédiguian
Le réalisateur Robert Guédiguian © Maxppp -

Le réalisateur marseillais revient à ses premières amours. Dans les prochains jours, il va lancer le tournage de son prochain film, "la villa", avec ses acteurs fétiches et son décor préféré. Avant de dire "Action !", il se confie à France Bleu Provence.

C'est plus fort que lui : tout ce que Robert Guédiguian filme le ramène à Marseille. Dans "Une histoire de fou" présenté à Cannes l'été dernier, le réalisateur de "Marius et Jeannette" avait tourné quelques scènes dans sa ville.

Cette fois, il va tourner son prochain long métrage exclusivement dans la calanque de Méjean. Un huis-clos appelé "La villa" dans lequel Guédiguian emmène une fois encore sa troupe habituelle : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Daroussin, Gérard Meylan.

"Marseille, c'est l'endroit ou je me sens le plus autorisé à tourner."

Pourquoi encore à Marseille ?

Pas encore, comme d'habitude plutôt. Je vais tourner dans la calanque de Méjean, mais il ne faut pas le dire. C'est l'endroit où je me sens le plus autorisé à tourner. Je me dis que les choses que je filme m'appartiennent. À tous les autres Marseillais, mais à moi aussi. Vous savez, j'ai toujours eu l'impression que le cinéma c'était "violer le réel". Et j'ai le sentiment que je suis légitime à filmer ce réel.

La lumière de Marseille, c'est un atout ?

Oui, surtout l'hiver encore plus que l'été. Il change d'axe et il n'est plus d'aplomb, toujours un peu incliné, plus doux. On peut l'utiliser tout le temps. Une sorte de douceur, de mélancolie. Une lumière plus propice à créer du sentiment. Alors que c'est plus difficile l'été, c'est plus violent.

Vous cherchez des figurants ?

Oui. Des petits garçons de 6 à 7 ans, bruns, yeux noirs. Et des jeunes filles de 10 à 11 ans, brunes, yeux noirs. Ils vont donner une âme à cette calanque qui dans le film est en train dépérir.

Et vous faites appel aux mêmes acteurs ? Votre épouse Ariane, Jean-Pierre Darroussin ?

Mais bien sûr. Tous les auteurs ne font jamais qu'un seul film. C'est un peu ça le cinéma d'auteur. C'est quelqu'un qui à partir de sa biographie personnelle a cet orgueil un peu fou que ce qui l'a concerné peut concerner la terre entière. On n'est jamais sûr d'y parvenir, on peut se planter complètement. Tous les films que je fais peuvent être identifiés tout de suite. On se dit : tiens ça ressemble à un film de Guédiguian et on s'en aperçoit au bout d'un quart d'heure que c'est un film à moi.

Vous restez un homme de gauche ?

Certainement oui. Mais j'aimerais bien que la gauche soit réellement à gauche. Ce n''est pas le cas aujourd'hui. Les forces de gauche dans ce pays doivent constituer 25%, ce sont les 25% qu'avait le PC dans les années 80. Elles se sont dissoutes, mais existent encore, comme un médicament qu'on dissout dans l'eau. Mais les molécules sont encore là. J'aimerais bien que l’extrême gauche du Parti socialiste et les autres se réunissent.

Pour ce prochain tournage, Robert Guédiguian recherche des figurants, des enfants qui résident à Marseille et sa région. Pour postuler : casting.vicaire@gmail.com

La calanque de Méjean, sur la Côte bleue - Aucun(e)
La calanque de Méjean, sur la Côte bleue - Florian Pépellin, CC BY-SA 3.0

Photo - La calanque de Méjean, sur la Côte bleue. © Florian Pépellin [ CC BY-SA 3.0 ]

Partager sur :