Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

21-22 AOÛT 1944 | Seconde Guerre mondiale : la libération de Grenoble

mercredi 20 août 2014 à 10:00 Par Denis Souilla et Laurent Gallien, France Bleu Isère

Il y a 70 ans, dans la nuit du lundi 21 au mardi 22 août 1944, les Allemands abandonnaient Grenoble. Le 22 au matin, la Résistance, puis les soldats américains débarqués en Provence, sont entrés dans la ville sans un coup de feu.

Les FTP, francs-tireurs et partisans, le 22 août 1944 à Grenoble.
Les FTP, francs-tireurs et partisans, le 22 août 1944 à Grenoble. © Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère.

Les Allemands ne pouvaient plus tenir la ville

L'occupant allemand, débordé à Grenoble, a vite déserté la capitale des Alpes. Le débarquement, le 15 août 1944, en Provence, "c'est l’élément déclencheur", explique Gil Emprin, un des historiens qui travaillent avec le Musée de la Résistance et de la Déportation de L'Isère à Grenoble. "Après le massacre du Vercors, du 21 au 24 juillet 1944 (...), le débarquement redonne de l'espoir et une activité à la Résistance. Elle va ouvrir la route aux Américains qui avaient prévu environ trois mois pour arriver à Grenoble : ils ont mis sept jours. Lers Allemands avaient renoncé à tenir les lieux et s'étaient retirés en bon ordre" .

Libération de Grenoble / BOB Emprin

"J'ai vu partir les Allemands, affolés, à pieds, à vélo, en camion"

Gérard Houppin habitait boulevard des Alpes, appelé aujourd'hui boulevard Jean-Pain. C'est cet axe que les Allemands ont emprunté pour fuir Grenoble, direction l’Italie : "j'ai vu partir les Allemands, affolés, à pieds, en vélo, en camion" , se souvient le Grenoblois qui avait dix ans à l'époque. Le 22 août 1944, "tout le boulevard Jean-Pain était bordé de mitrailleuses pour protéger les Allemands. Ils ont mis le feu à un dépôt de munitions au stade Charles-Berty. Le ciel de Grenoble était rougeoyant" , raconte Gérard Houppin. La nuit du 21 au 22 août a donc été agitée et au matin, la ville est transformée, sans uniforme de la Wermacht, le vide, le calme : "à ce moment-là, tout le monde a détruit les pancartes en allemand à coups de marteau" .

**Les premières Jeep américaines arrivent à la mi-journée** ------------------------------------------------------------ Le 22 août 1944, cette journée restera gravée pour les Grenoblois : la liesse, la légèreté, les sourires restent figés sur les photos prises à l'époque. *"Grenoble était noire de monde, il y avait des bals de quartiers, du monde partout"* , se souvient Gérard Houppin.

Libération de Grenoble / ENROBE

**En 2004, "Sapin", un résistant nous avait raconté ce 22 août** ----------------------------------------------------------------- Lors du 60e anniversaire de la libération de Grenoble, France Bleu avait recueilli le témoignage de Georges Bois dit "Sapin". Ce Grenoblois et résistant, décédé en 2006, était chez lui le soir du 21. Professeur de gymnastique, il habitait au gymnase municipal, juste en face de la caserne de Bonne, il était donc aux premières loges pour voir déguerpir les Allemands. Le lendemain, il a vite prévenu ses chefs : "*vous pouvez revenir à Grenoble, il n'y plus de boches. Et j'avais demandé qu'on proclame le couvre-feu parce qu'il ne fallait quand même pas que les gens aillent piller les magasins, il fallait de l'ordre"* . Cet ordre qu'évoquait Georges Bois, c'était tout simplement les premières mesures à mettre en place dans une ville libérée de l'occupant. Les entrées et sorties de Grenoble ont aussi été surveillées *"pour éviter que les collabos foutent le camp"* , expliquait le résistant isérois.

Libération de Grenoble / BOB Bois-Sapin

**Les festivités à Grenoble pour célébrer la libération** ----------------------------------------------------------
Une rame du tram B habillée aux couleurs de la libération de Grenoble. - Aucun(e)
Une rame du tram B habillée aux couleurs de la libération de Grenoble.
**Un des airs des années 40** ------------------------------
  **L'exposition Vercors 40-44** -------------------------------
  **►►► ET AUSSI  |  [BOURGOIN ET JALLIEU LIBÉRÉES PAR LE BATAILLON RÉMY](http://www.francebleu.fr/patrimoine/resistance/23-aout-1944-bourgoin-et-jallieu-liberees-par-le-bataillon-remy-1688071)** **►►► EN SAVOIR PLUS  |  [LE MUSÉE DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION EN ISÈRE](http://www.resistance-en-isere.fr/indexPreHome.php)** **►►► FACEBOOK  |  [LE MUSÉE DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION EN ISÈRE](https://www.facebook.com/pages/Mus%C3%A9e-de-la-R%C3%A9sistance-et-de-la-D%C3%A9portation-de-lIs%C3%A8re/174801721263?sk=timeline)**