Loisirs

Albert de Monaco sauvera-t-il la Calypso ?

Par Anne Treguer, France Bleu Breizh Izel vendredi 20 mars 2015 à 15:39

Faut-il encore sauver la Calypso, le navire de Cousteau ?
Faut-il encore sauver la Calypso, le navire de Cousteau ? © Radio France - Tudi Crequer

Après la Bretagne, la Calypso pourrait s'échouer sur le Rocher de Monaco. Des discussions sont en cours entre la Fondation Albert II de Monaco et the Cousteau Society.

La Calyspso actuellement aux chantiers Piriou à Concarneau (Finistère) pourait être mis aux enchères  mais la fondation Cousteau a évoqué une autre piste. Cette piste pourrait être une reprise de l'épave par la Fondation du Prince II de Monaco.

" Des discussions sont en cours avec The Cousteau Society" confirme la Fondation du Prince Albert II de Monaco.

La Fondation   confirme à France Bleu Breizh Izel   que "des discussions sont en cours avec   The Cousteau Society.   elle porte sur la destination des biens constistuant le patrimoine scientifique et éducatif du commandant Cousteau. Dans le cadre des négociations une étude de faisabilité technique et financière est en cours.   La Fondation monégasque   poursuit qu' "aucune communication nouvelle ne sera faite sur ce sujet avant d’avoir pris connaissance des résultats de cette étude prévus aux environs de la fin avril."

Le patrimoine scientifique et éducatif du commandant Cousteau est important, ce sont des livres, des films, des photos et la fameuse Calypso. Aujourd'hui le mythique bateau est à l'état d'épave aux Chantiers Piriou de Concarneau et pourrait être mis en aux enchères.

Si un accord est trouvé fin avril avec la Fondation du Prince Albert,  le musée océanonographique  de Monaco pourrait exploité ce patrimoine et la Calypso rénovée pourrait être exposée sur une esplanade juste à côté. Cet ultime épisode ravirait sûrement  le commandant Cousteau qui a dirigé le musée pendant plus de 30 ans jusqu'en 1988. Le musée a été fondé par l'arrière arrière grand père du prince Albert et son altesse sérénissime voue une admiration sans limite à son ancêtre scientifique. 

 

  

Partager sur :