Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements
Dossier : Comprendre l’incorporation de force 75 ans après, les témoignages des Malgré-Nous

Alphonse Hueber de Wettolsheim, malgré-nous

-
Par , France Bleu Elsass

75 ans après l'incorporation de force des alsaciens et alsaciennes dans l'armée allemande, France Bleu Elsass vous propose les témoignages des incorporés de force, enregistrés en 2012.

Alphonse Hueber
Alphonse Hueber - Pierre Nuss

Wettolsheim, France

Né en 1926 à Wettolsheim près de Colmar, Alphonse Hueber, ancien apprenti, a fait partie à l’âge de 17 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, des 130 000 incorporés de force dans l’armée allemande.

C’est par mesure disci­pli­naire que Alphonse Hueber est envoyé sur le front de Litua­nie. Il déserte et se rend aux Russes. Il « fête » ses 19 ans au camp de Tambow. Il fut président de l’as­so­cia­tion « Pèle­ri­nage Tambow » et est décédé en mars 2017 à l'âge de 91 ans.

Réécoutez Alphonse Hueber vous parler de cette période :

Alphonse Hueber

Relisez également son témoignage dans le journal du CFA de Saint-Louis.

Un extrait de son témoignage, sur le début de son incorporation de force dans la Wehrmacht :

"Il y a une formation de trois mois au début. En tant qu’Alsaciens, nous étions continuellement humiliés comme « Allemands de récupération ». En février 1944, j’ai rejoint le front allemand à Kulm en Pologne. Le climat y était rude. Au fond de moi, je ne voulais pas faire partie de cette armée. Je ne voulais pas mourir pour Hitler, j’étais français, c’était dans mes gènes. Il fallait que je saisisse une occasion pour déserter cette armée allemande que je détestais"

Prisonnier d'un camp russe - Aucun(e)
Prisonnier d'un camp russe - Dessin d'Alphonse Hueber
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu