Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

Après l'orage, l'heure est aux démarches d'indemnisation en Dordogne

lundi 5 août 2013 à 17:07 - Mis à jour le lundi 5 août 2013 à 17:40 France Bleu Périgord

Après les orages, c'est l'heure des réparations et donc des assurances. Dès ce lundi, les particuliers, propriétaires de maisons et de voitures cabossées par la grêle il y a trois jours, les agriculteurs et les entreprises ont contacté leur assureur pour savoir si leurs dégâts étaient couverts ou non.

Un projet de loi sur les assurances
Un projet de loi sur les assurances © Fotolia.com

Pour les particuliers, les dégâts sur la toiture (et en dessous) sont toujours couverts par la multirisque-habitation. En revanche, la voiture cabossée par la grêle ne sera remboursée que si le contrat est large (comme un "tous accidents").

Rencontre avec un habitant d'Excideuil sinistré, Marcello, en pleine démarche d'indemnisation

Pour les entreprises, les dégâts sur les bâtiments et les machines sont couverts. Mais le chômage technique et la perte de chiffre d'affaire ne sont couverts qu'avec un contrat sur la perte d'exploitation.

Les agriculteurs rarement couverts pour les dégâts sur les récoltes

Pour les agriculteurs, particulièrement touchés par les orages de vendredi dernier, les dégâts sur la ferme (y compris les machines ou le contenu du silo) sont assurés, mais les paysans et les viticulteurs sont rarement assurés pour leurs récoltes. Il ne peuvent espérer qu'un geste du fond de calamités agricoles.

Indemnisation des agriculteurs : Jean-François Laronze, délégué du Centre d'information et de documentation de l'assurance

Vers une reconnaissance de "calamité agricole" ?

Dans un communiqué, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, "assure les agriculteurs de la mobilisation des services de l'Etat ", qui pourront, "après une première évaluation des dégâts " (en cours), "initier une procédure de classement des zones sinistrées au titre des calamités agricoles pour les pertes de fonds ". La préfecture de Dordogne a déjà annoncé avoir "déclenché une mission d'enquête pour que le processus de reconnaissance de calamité agricole soit reconnu ".

Le ministre recommande aussi aux agriculteurs de solliciter (via les mairies) "un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti " pour les parcelles touchées par la grêle, et de demander à la Mutualité Sociale Agricole "une prise en charge de cotisations sociales ".