Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

Avec MOMO LE LUTIN gagnez votre PASS FAMILLE à NAUSICAÁ

jeudi 13 décembre 2018 à 16:51 Par Patrick Marlière, France Bleu Nord

NAUSICAÁ, le Centre National de la Mer à Boulogne-sur-Mer, est bien plus qu’un simple aquarium.

La nouvelle entrée de NAUSICAÁ
La nouvelle entrée de NAUSICAÁ - Philippe TURPIN

Nausicaa, Boulogne-sur-Mer, France

Ecoutez France Bleu Nord et jouez avec MOMO LE LUTIN pour tenter d'emporter votre PASS FAMILLE à NAUSICAÁ (2 adultes et 2 enfants ou ados)

Bonne chance au 03 20 55 89 89 

Plongez dans le plus grand aquarium d'Europe !

NAUSICAÁ est un centre de découverte de l’environnement marin unique en son genre, à la fois ludique, pédagogique et scientifique, essentiellement axé sur les relations entre l’Homme et la Mer. Aquariums géants, explorations sous-marines, technologies de pointe dans la magie d’une mise en scène grandiose : tout est là pour rêver. Explications précises, centre de ressources documentaires, films, expositions temporaires, conférences, programmes pédagogiques, animations en exposition : tout est également là pour comprendre et apprendre. En effet, la mission du centre est avant tout de sensibiliser le public à une meilleure gestion des océans et de leurs ressources ! 

NAUSICAÁ aujourd'hui - Aucun(e)
NAUSICAÁ aujourd'hui

Créé à l’initiative de Guy LENGAGNE en 1991, le Centre National de la Mer a accueilli plus de 16 millions de visiteurs dont près de 30 % d’étrangers et attire une clientèle dans un rayon de moins de 3 h 00 de route. Ceci fait de NAUSICAÁ le site touristique le plus visité au nord de Paris après le Parc Astérix. Pour la ville de Boulogne-sur-Mer et pour la Côte d’Opale, les retombées touristiques et économiques de NAUSICAÁ sont indéniables et profitent à l’ensemble de la région. 

NAUSICAÁ fait découvrir et aimer la mer, élément de vie, et source de richesses pour aujourd’hui et pour demain. Initiateur et promoteur de la Blue Society, il offre une nouvelle vision des solutions pour l’avenir de l’humanité, en provenance de l’océan. L’océan est essentiel pour les équilibres naturels de la Planète. Il régule le climat, recycle l’eau et produit de l’oxygène... Berceau de la vie sur Terre, la mer est peuplée jusqu’aux plus grandes profondeurs de milliards d’êtres vivants. Cette vie océanique est source de nourriture et pourrait être à l’origine de richesses précieuses pour l’Homme comme de nouveaux médicaments. Immense et puissant, l’océan a également un potentiel en énergie et en ressources minérales qui pourraient satisfaire les besoins d’une humanité en plein développement. De multiples activités comme le tourisme, la pêche, l’aquaculture ou le transport maritime sont liées à la mer, offrant ainsi non seulement des bénéfices économiques très importants mais aussi des millions d’emplois à condition d’exploiter durablement ces richesses. Enfin, l’Océan tient une grande place dans la science et dans nos cultures. 

Pourtant, une grande partie de l’océan reste méconnue. La haute mer, cette immensité liquide loin des côtes, dont la surface représente la moitié de celle de la Planète et qui constitue les eaux au-delà des limites nationales, détient une partie des clés de notre avenir. La nouvelle extension de NAUSICAÁ traitera des nouveaux enjeux liés à la haute mer, dans le cadre de la Blue Society, portée par Philippe VALLETTE. 

NAUSICAÁ AUJOURD'HUI :

_ LA MATIÈRE ÉLÉMENTAIRE, l’eau 

Essentielle, indissociable de toute vie, l’eau est au cœur du projet scénographique. Sous toutes ses formes, elle inspire la démarche : l’eau miroir, l’eau glace, l’eau chaude, l’eau froide, l’eau brume… L’eau en perpétuels mouvements, tempétueuse, déchainée, effrayante, mais aussi calme et apaisante, « âme » du corps humain. Cette source d’inspiration se traduit par les dispositifs de circulation des boucles de visites, le choix des matériaux des revêtements, les images, la charte graphique, la température, la lumière, les ambiances et la sonorisation des espaces. 

_ UN ÉTAT PHYSIQUE, l’apesanteur 

L’eau offre la légèreté en atténuant la gravité. Cet état d’apesanteur est la deuxième source d’inspiration de la scénographie qui traduit cette dimension spatiale où l’être est libéré des contraintes de la pesanteur, comme en suspension. L’objectif est de faire ressentir le vertige de l’abîme, réveiller l’imaginaire, désorienter, déstabiliser pour procurer des émotions poétiques liées à l’état d’apesanteur. La mise en espace se fait par les jeux de miroirs, les bascules, les doubles hauteurs, la transparence des sols et des parois, les reflets, les plans obliques, les images animées projetées et la sonorisation. 

_ UNE PRIORITÉ, la dynamique du vivant 

A la dynamique du déplacement des visiteurs répond la dynamique des déplacements de la faune dans les bassins, spectacle vivant toujours différent, au rythme du roulement de la lumière et de l’alternance du jour et de la nuit. Le vivant est l’âme de l’aquarium, la scénographie est à son service. Les écrans déjouent les vis-à-vis et permettent de contempler, dans une relation intime, la grâce des mouvements, la fluidité des dynamiques, la vivacité « joyeuse » des créatures de l’océan. 

_ LE JEU DES LUMIÈRES tamise le mystère 

Le circuit de visite se fait dans une ambiance relativement tamisée pour préserver le mystère et privilégier les vues panoramiques sur les écosystèmes. La lumière des baies éclaire le parcours des visiteurs dans des nuances de bleu. Le voyage est une immersion totale grâce à l’omniprésence de l’eau réelle et virtuelle, à la magie de la lumière, aux effets sonores et à la structuration de l’espace qui joue sur les profondeurs de champs et sur la démultiplication des perspectives par des jeux de miroirs. 

_ LE PUBLIC À LA FOIS spectateur et acteur 

Baigné dans cette atmosphère de rêverie, le spectateur/acteur vivra une sensation unique de plongée parmi la faune aquatique. C’est pour conserver ce rêve éveillé pendant la visite que les Forums sont proposés à la fin de chaque parcours. Tout au long du parcours, la scénographie est riche en contenus didactiques, afin d’impliquer les visiteurs dans le concept de la Blue Society. Elle intègre des points d’informations pour les sensibiliser et les informer quels que soient leurs âges et leurs niveaux de connaissances. Certains espaces sont réservés aux jeunes visiteurs et « interdits aux adultes », pour que chacun d’eux puisse vivre son aventure exclusive. 

_ DES TECHNOLOGIES HIGH-TECH  au service de la pédagogie 

La proposition muséographique fait appel aux technologies high-tech en matière de multimédias et se projette dans le futur. Les dispositifs de médiations interactifs d’accompagnement ludo-pédagogique sont disposés le long du parcours pour les visiteurs qui souhaitent en savoir plus. Les éléments sur les médiations et les informations éducatives du parcours sont développés dans les fiches scénographiques. 

Le choix d’un circuit en méandres, en courbes et en lacets a été inspiré de la plongée. Faire vivre au visiteur une plongée physique de la surface aux abysses. 

Le design sonore 

Le design sonore est pleinement intégré dans la scénographie du parcours de visite, au même titre que l’information scientifique et la présentation des collections vivantes. La musique n’est pas un bain ambiant, mais une orchestration de sons pensés pour épouser l’architecture intérieure du bâtiment, tout en enrichissant le parcours d’une dimension sensible. 

Depuis près de trente ans, Michel REDOLFI conçoit ses installations dès le stade des plans avec les concepteurs de NAUSICAA eux-mêmes  : son directeur Philippe VALLETTE, l’architecte Jacques ROUGERIE et pour la haute mer, le scénographe Henri ROUVIERE. Les équipements de diffusion sont ainsi intégrés pendant la construction du bâtiment pour en exploiter au mieux les possibilités acoustiques, pour magnifier ses volumes. 

_ DES SENSATIONS SONORES  en grand format 

La haute mer offre une galaxie de sons réels et imaginaires que Michel REDOLFI a créés avec l’équipe de son studio Audionaute. Les sensations sonores sont au rendez-vous, en grand format et souvent sensorielles, grâce à des dispositifs de diffusion très innovants. Pour le nouveau parcours, il a fait appel également à la palette de l’orchestre, au piano même pour créer des touches lyriques. Un siècle après sa disparition, Debussy reste sa référence affective pour l’évocation de la Mer ainsi que la littérature et le cinéma d’anticipation sous-marine, de Jules Verne à James Cameron (Abyss). De ce mixage d’influences a émergé l’inspiration des musiques et atmosphères de la haute mer. 

_ DES ENREGISTREMENTS ORIGINAUX captés in situ 

Cette musicalité dans le parcours didactique est souvent l’écrin qui présente de nombreux enregistrements originaux captés au-dessus et au-dessous des océans, révélant une audio-diversité étonnante. C’est dans l’Océan Indien, que Michel REDOLFI a pu capter l’étonnant code sonore du cachalot. Accompagné du cinéaste René Heuzey, il a réalisé une expédition de prises de son sous-marine au large de l’Ile Maurice pour enregistrer au plus près les mystérieux signaux des géants des mers, jusque-là jamais bien captés. Il a pu s’immerger en apnée au sein d’un groupe de cétacés et micro submersible en main, enregistrer pour la première fois leur langage littéralement extra-terrestre. Une expérience de « close contact » exceptionnelle qui a été intégrée dans la bande son du film 360° consacré à ces cachalots. 

_ LA 4ÈME DIMENSION  de l’expérience visiteurs 

Les visiteurs vivent le design sonore comme la bande son d’un film au relief étonnant. Catalyseur émotionnel, le son se fond dans les autres expériences de la visite, qu’elles soient visuelles (éclairages et vidéos) ou inter-espèces (le face à face avec les poissons). Le design son, c’est la 4ème dimension, sensible et transparente de la visite. On se souviendra du passage magique d’une raie manta le long de son immense carreau, sans se rendre compte que l’atmosphère musicale est générée sur le vitrage même, donnant le sentiment que le son émane de l’eau. Les systèmes sonores expérimentaux participent ainsi à la notion d’un son sensoriel, qui sollicite le visiteur pleinement : projecteurs de son balayant tout l’espace du plancton pour essaimer des nuages de krill, banquette sensorielle pour flotter face aux mérous et surtout la salle de spectacle face au grand bassin immergeant les visiteurs dans une spatialisation sonore diffusée en 16 points puissants. Au total, la haute mer c’est une haute technologie électroacoustique de près de 130 enceintes de toutes tailles diffusant 60 pistes sonores. Dans le nouveau vaisseau de NAUSICAA, c’est la salle des machines du design sonore, le moteur de l’imaginaire auditif. 

L'aquarium des méduses - Aucun(e)
L'aquarium des méduses - Jonathan ALEXANDRE
L'aquarium des mérous - Aucun(e)
L'aquarium des mérous - Jonathan ALEXANDRE
des animations au plus proche de l'élément marin - Aucun(e)
des animations au plus proche de l'élément marin - Alexis ROSENFELD
La grande baie des raies - Aucun(e)
La grande baie des raies - Alexis ROSENFELD / Divergence Images
La grade baie des raies - Aucun(e)
La grade baie des raies - Jonathan ALEXANDRE
La grande faille - Aucun(e)
La grande faille - Jonathan ALEXANDRE

Toutes les infos + ICI .nausicaa.fr