Du 30 avril 2013 au 5 juin 2013

Concours des Lauriers de la Fondation de France

Concours des Lauriers de la Fondation de France

Chaque année, la Fondation de France remet ses Lauriers aux projets innovants. France Bleu Alsace vous propose de participer au choix de ces initiatives exemplaires. A vous de voter !

Les Lauriers de la Fondation de France Parmi les milliers de projets financés chaque année, certains se révèlent particulièrement innovants et exemplaires. Les Lauriers de la Fondation de France permettent de valoriser ces initiatives et de les faire connaitre, afin qu’elles soient dupliquées et qu’elles en inspirent de nouvelles.

Voici la liste des projets en lice pour le concours, à vous de choisir ! Vous avez jusqu'au 29 mai pour participer et sélectionner vos trois projets préférés !

1- Colocation Solidaire pour femmes (habitat) 2- P’tits Yeux, P’tites Oreilles (Enfance) 3- Brunnwasser : un cours d’eau source de conflits. (Environnement) 4- Parcours et travail en réseaux : retrouvons ensemble le chemin de l’école (Enfance) 5- La Bobine (Santé, addictions) 6- Les jardins partagés de Hautepierre (Habitat) 7- Maternité et addictions, accompagnement à la parentalité (Santé, addictions) 8- Personnes âgées et isolement, les visites de convivialité (personnes âgées) 9- Témoignage d’anciens sur la vie à Quatzenheim (personnes âgées) 10- Création d’un bureau d’accès au logement (Habitat) 11- Retrouver la liberté avec le partage de véhicule adapté (handicap) 12- A’Cro du Vélo (habitat) 13- Rénover et Habiter (Habitat) 14- Rencontres sans clichés (handicap) 15- Séniors et Isolement (personnes âgées) 16- La « journée cadeau » (personnes âgées) 17- Epicerie Sociale de Riedisheim (Emploi) 18- L’atelier de couture « XXS à XXL » (Emploi) 19- Un jardin sensoriel intergénérationnel (personnes âgées) 20- Radio associative, Canal Myrtille (Emploi) 21- Insertion professionnelle et préservation de terres agricoles (emploi) 22- Cohabitation entre le monde urbain et rural (environnement) 23- Dragon boat à Toul (allez les filles) 24- Trame verte et bleue sur le pourtour du massif de Haye (environnement) 25- Accompagnement de locataires en situation précaire (habitat) 26- Actions culturelles et lien social (habitat) 27- Soutien aux victimes de violences conjugales (enfance) 28- Recyclage et insertion professionnelle (emploi) 29- Mieux vivre dans sa ville (personnes âgées) 30- Aide à la réussite éducative (enfance)

Les projets en détails :

1- Colocation Solidaire pour femmes (habitat – 67) : Regain accueille, héberge et accompagne des femmes seules ou avec enfant, en situation de précarité, en difficulté sociale ou victime de violences intrafamiliales, par une démarche d’insertion vers l’autonomie durable.Ce projet de colocation solidaire, basé sur la mixité générationnelle, culturelle et ethnique, s’adresse à des femmes seules, sans enfant, de plus de 45 ans. En effet, la colocation représente un moyen de lutter contre la solitude et de soutenir l’intégration sociale. L’objectif étant de créer une « chaîne d’appartements » pour ces femmes en situation de précarité et/ou de solitude, en s’appuyant sur le principe de la colocation avec, notamment, la signature d’une « charte d’habitation » entre les colocataires. 2- P’tits Yeux, P’tites Oreilles (Enfance – 67) : Regain accueille, héberge et accompagne des femmes seules ou avec enfants, en situation de précarité, en difficulté sociale ou victime de violences intrafamiliales, par une démarche d’insertion vers l’autonomie durable. La poursuite de  l’action « P’tits Yeux, P’tites Oreilles », démarré en 2009 (accompagnement d’enfants témoins et exposés aux violences intrafamiliales) souhaite la pérennisation de l’action en l’ouvrant à d’autres services, associations et CMS, afin de travailler sur la place du père auteur des violences. Il s’agit aussi de poursuivre une « recherche-action » démarrée en 2009 avec des chercheurs universitaires (psychologues, sociologues) sur la problématique de ces enfants témoins et exposés aux violences intrafamiliales, qui permettra de conceptualiser et de structurer l’action menée.3- Brunnwasser : un cours d’eau source de conflits. (Environnement – 67) : Le Brunnwasser, cours d’eau phréatique remarquable de part sa qualité floristique et faunistique, attire différentes activités de nature : kayakistes, pêcheurs, chasseurs, randonneurs, etc… Provoquant ainsi des conflits d’usages, pour certains, vieux de plus de 15 ans. Afin de protéger ce lieu, tout en y maintenant les activités de loisirs de manière raisonnée, le CRACK (Comité Régional d’Alsace de Canoë Kayak) a proposé de renforcer la communication et la sensibilisation de tous les acteurs via des réunions d’information, la création d’outils de communication adaptés aux publics, et la mise en place d’une formation « espace naturel sensible ».Grace à ce projet, un dialogue constructif s’est instauré entre les différents acteurs et les collectivités assurant ainsi une meilleure communication.4- Parcours et travail en réseaux : retrouvons ensemble le chemin de l’école (Enfance – 67) : L’association La Grande Ecluse assure dans tous le Bas-Rhin une prise en charge spécialisée et globale des souffrances individuelles, familiales et contextuelles montrées par les enfants/adolescents.Pour répondre à l’augmentation constatée d’absentéisme scolaire, de déscolarisation, d’exclusion en liaison avec des troubles du comportement, d’échec, …,la Grande Ecluse propose un cadre d’intervention multi-partenarial.Le projet consiste donc à aider les enfants/adolescents (et leur famille) rencontrant des difficultés multiples à retrouver « le chemin de l’école ». La spécificité de l’action réside dans un traitement contextuel des situations rencontrées (mise en réseaux des partenaires) et par la prise en charge des difficultés à investir l’école, à travers des entretiens familiaux  (aide à la parentalité, valorisation des compétences des familles à soutenir leurs jeunes). 5- La Bobine (Santé, addictions – 67) : Le CSAPA (Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg accueille, informe et oriente les usagers présentant des problématiques addictives ainsi que leur entourage.Le projet« La Bobine » souhaite mettre en place une permanence d’accueil auprès de parents consommateurs, proposant ainsi un lieu de repos, d’écoute, d’échange ou les parents peuvent venir seuls ou accompagner de leurs enfants.Ce lieu d’accueil est géré par une équipe composée de deux psychologues et d’une éducatrice de jeunes enfants qui peuvent également venir en soutien auprès des professionnels du champ social qui peuvent rencontrer des difficultés dans l’accompagnement de ces parents consommateurs.6- Les jardins partagés de Hautepierre (Habitat – 67) : L’association ECO-Conseil porte ce projet de développement de jardins participatifs d’habitants en pied d’immeuble dans le quartier de Hautepierre à Strasbourg. Elle apporte un accompagnement professionnel de coordination, d’animation et de médiation aux partenaires et aux groupes d’habitants.L’implication des habitants dans la mise en place de ces jardins en est le principe essentiel puisqu’ils auront la responsabilité de créer, de réaliser et de gérer ces jardins. La mixité des publics, l’ouverture à tous et la coopération sont donc placées au cœur du projet. Cette action va, par ailleurs, permettre la réappropriation des espaces extérieurs par les habitants du quartier, le développement d’un espace de convivialité, et l’amélioration des comportements vers d’avantage de respect de l’environnement7- Maternité et addictions, accompagnement à la parentalité (Santé, addictions – 67) : Le réseau «  Maternité et Addictions » vient en aide aux  jeunes femmes addictives, pendant et après leur grossesse, en tentant de répond aux difficultés qu’elles peuvent rencontrer.Ce projet consiste à mettre en place un groupe de parole à destination de ces jeunes femmes enceintes ou ayant accouchées, usagères de substances psychoactives, afin de faciliter et de soutenir leur accès à la parentalité. Pour ces femmes le partage des questions que suscite la parentalité dans ce contexte permet de sortir de l’isolement, de reprendre confiance et parfois de prendre conscience qu’une orientation spécialisée et nécessaire. Ce temps de rencontre lors des groupes de parole permet aux futures et jeunes mamans d’échanger autour des difficultés qu’elles partagent dans un même contexte : maternité et addictions.8- Personnes âgées et isolement, les visites de convivialité (personnes âgées – 67) : La Communauté de Communes du Hattgau (Nord Alsace) a confié à l'association MSA Services Alsace la mise en place et la gestion d'un Relais de Services à la Personne (RSAP). Le projet consiste à lutter contre l'isolement des seniors sur le territoire rural du Hattgau, à travers la constitution d'un réseau de bénévoles formés et accompagnés pour assurer des visites régulières de convivialité au domicile des personnes âgées. Cette action s’inscrit dans une dynamique locale à vocation sociale et participe à la lutte contre l’isolement, à  l’ouverture à la culture et à la vie sociale et au maintien à domicile des personnes âgées. Cela contribue également à favoriser le maintien à domicile des personnes âgées et à promouvoir l'emploi direct dans un secteur sensiblement concerné par le chômage. 9- Témoignage d’anciens sur la vie à Quatzenheim (personnes âgées – 67) : Accompagnée par la Mairie et Stéphanie Hoffmann, étudiante en sociologie, l’association Culturelle de Quatzenheim, via son projet « Mémoire vivante du village », souhaite mettre en avant les « anciens » du village.Les connaissances dont disposent les personnes âgées ne sont guère reconnues voire même ignorées. Aujourd’hui, ce projet permet le passage de flambeau de connaissance d’une génération à l’autre. Cela s’inscrit pleinement dans une volonté d’intégration des personnes âgées, en plus d’une démarche historique, de mémoire. Ce projet est construit sur la notion d’échanges entre générations et de partage des connaissances. Toutes les informations recueillies seront restituées, par la sociologue, sous forme d’un ouvrage sur l’histoire de ce village.10- Création d’un bureau d’accès au logement (Habitat – 67) : Le CCAS de Sélestat exerce une activité d’action sociale sur tout le territoire de la commune, représentant près de 20 000 habitants.La mise en place d’un bureau d’accès au logement a un triple objectif : - apporter une aide pédagogique aux demandeurs de logement.- permettre une mise en relation entre bailleurs privés et demandeurs de logement. - améliorer les relations entre l’organisme et les bailleurs privés en apportant des informations règlementaires.De plus, un accompagnement individuel est proposé aux bénéficiaires ; et des séances d’informations collectives sont proposés chaque mois sur des thèmes précis (droits et devoirs des locataires et du propriétaire, économies d’énergies, le contrat de location).11- Retrouver la liberté avec le partage de véhicule adapté (handicap – 67) : La SCIC Auto’trement, a pour objet la promotion des modes de déplacement alternatifs à la voiture particulière, notamment par la mise à disposition de véhicules en temps partagés. Souhaitant apporter des solutions à la mobilité des personnes âgées ou en situation de handicap, Auto’trement a mis en place l’autopartage de véhicules adaptés pour le transport des personnes à mobilité réduite. Ce projet répond à un vrai besoin des familles, offrant ainsi de nouvelles opportunités de sortie et permettant de rompre l’isolement dont les personnes handicapées sont souvent victimes. Les véhicules sont dotés d’une rampe d’accès qui permet aux personnes en fauteuil roulant de prendre place à l’arrière du véhicule sans avoir à quitter leur fauteuil. Ils peuvent accueillir jusqu’à 5 personnes, ainsi que des personnes non voyantes accompagnées de leur chien.12- A’Cro du Vélo (habitat – 67) : Bretz’Selle est née en avril 2010 autour d’une idée simple : faire la promotion de l’usage du vélo par l’apprentissage de la mécanique au sein d’ateliers d’autoréparation.Elle a souhaité monter un projet au cœur du quartier Cronenbourg à Strasbourg en mobilisant un groupe d’habitants du quartier pour promouvoir l’usage du vélo.Grâce à la mise en place d’atelier mobile qui fut un formidable levier, ainsi qu’au travail de repérage en porte-à-porte, un groupe référent sur la question a pu être constitué. Bret’zelle a donc apporté son « savoir-faire » à ces personnes référentes afin de leur donner l’envie et les outils pour développer les services appropriés pour le quartier.La motivation de ce groupe permet de rassembler les cyclistes du quartier autour d’activités conviviales et mécaniques lors des ateliers mobiles qui se tiennent régulièrement.13- Rénover et Habiter (Habitat – 67) : L’association Club de Jeunes l’Etage a pour mission l’accueil et l’accompagnement de jeunes adultes et de familles en situation précaire. Son public principal est celui des jeunes de moins de 25 ans en situation de rupture et sans domicile fixe.Le projet vise à accompagner sur le volet social et technique les bénéficiaires de l'intermédiation locative: accompagnement aux réparations, à la réhabilitation de logement, afin de permettre la personnalisation et l'amélioration de l'habitat. Ce projet permet l’amélioration du cadre de vie des locataires et une meilleure appropriation de leur logement. Les locataires s’inscrivent de fait plus en autonomie dans l’accès et le maintien dans le logement.14- Rencontres sans clichés (handicap – 67) : L’association La chambre, implantée sur le quartier de la Krutenau à Strasbourg, a pour objet la promotion et la diffusion de l’art photographique en Alsace.Suite à une rencontre avec la mission handicap de l’Université de Strasbourg, l’association a souhaité mettre en place un projet permettant, par l’activité photographique, d’aborder des thèmes essentiels à la reconstruction psychique (image de soi, d’autrui, dépassement des perceptions sur le handicap psychique). Elle a donc proposé à ce public en souffrance psychique de réaliser une série de portraits des commerçants/habitants du quartier de la Krutenau et d’en faire une exposition.Ce projet privilégie l’autonomie et la créativité des participants tout en leur garantissant un cadre sécurisant, notamment en ponctuant l’action par des groupes de paroles encadrés par un psychothérapeute. 15- Séniors et Isolement (personnes âgées – 67) : L’APALIB développe de nombreuses activités en direction  des seniors sur le Haut-Rhin. Elle  a mis en avant deux problématiques majeures : Etre en milieu rural et/ou être d’origine étrangère complique l’accès à l’information et par conséquent l’inscription à une activité. Afin d’y répondre, elle a mis en place deux projets :La « Caravane de l’informatique » qui consiste à mettre en place un outil mobile de formation et d’animation allant à la rencontre des publics séniors domiciliés dans les communes rurales.Et « actions de voisinage auprès des migrants vieillissants » qui met en place des cours d’expression en langue française, des ateliers d’accompagnement au classement des documents administratifs et des séances d’information concernant l’accès aux soins à destination des populations migrantesCes deux actions permettent aux séniors de se former pour rester autonome et garder la maîtrise de leur projet de vie.16- La « journée cadeau » (personnes âgées – 67) : l’association APAMAD  gère « l’accueil de Jour Thur et Doller » qui reçoit, à la journée des personnes âgées, en perte d’autonomie, notamment des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou troubles apparentés, et vivant à domicile.La « journée-cadeau » est un projet qui consiste à accompagner la personne âgée dépendante dans la réalisation d'une journée dédiée, consacrée à une activité choisie par elle mais qu'elle ne peut réaliser seule. Cette initiative ouvre un espace d’échanges et de dialogue autour des intérêts de la personne dépendante, en valorisant son expression, son ressenti, son désir et son plaisir. Elle permet également à la personne malade de changer le regard porté sur elle et favorise le maintien de sa vie sociale et relationnelle 17- Epicerie Sociale de Riedisheim (Emploi – 68) : Le CCAS de Riedisheim a réalisé une analyse des besoins sociaux sur le territoire de la commune, qui a démontré l’importance du besoin alimentaire.La création d’une épicerie sociale afin de permettre l’accès à moindre coût à des produits d’alimentation et d’hygiène pour un public défavorisé a donc été décidée. L’épicerie délivre en outre des conseils au cours d’ateliers pédagogiques portant sur la nutrition, la cuisine, la gestion budgétaire ou la santé. L’épicerie propose un accompagnement individuel à chaque bénéficiaire.Elle permet, par ailleurs, de responsabiliser le bénéficiaire, car les usagers sont impliqués dans l’organisation et la gestion de l’épicerie : choix du nom, création de l’enseigne, proposition d’ateliers participatifs, intégration à l’équipe d’approvisionnement ou l’équipe des bénévoles18- L’atelier de couture « XXS à XXL » (Emploi – 54) : Tricot Couture Service regroupe, dans une perspective sociale, toutes personnes intéressées par le travail du fil, et est implantée dans un quartier prioritaire en zone franche urbaine de la ville de Vandoeuvre les Nancy.Le projet consiste à réaliser et customiser des vêtements à moindre frais, avec et pour des personnes de taille dite « hors normes standards » (fortes, grandes, petites et/ou maigres) et rencontrant de réelles difficultés à se vêtir. Cela permet de les rendre autonomes dans la réalisation de leurs créations qui les valoriseront dans le regard des autres. De plus, en réalisant ou en transformant leurs propres vêtements, elles pourront également réaliser des économies.19- Un jardin sensoriel intergénérationnel (personnes âgées – 54) : Sur le territoire de Gerbeviller, la maison de retraite de Sœur Julie a créé un jardin thérapeutique au centre de l’école d’horticulture..L’objectif est de faire du jardin thérapeutique un lieu où il fait bon vivre en créant une dynamique de vie. Les personnes âgées peuvent y accéder librement, participer à l’entretien du jardin et aux différentes activités proposées : plantation de fleurs, découverte des végétaux. Il est prévu des ateliers lors desquels les résidents sont associés à des enfants des écoles voisines ou de la structure d’accueil préscolaire de la commune faisant ainsi du jardin un carrefour de rencontre entre les générations. Une dynamique collective s’est mise en place dans ce jardin, véritable lieu de rencontre, qui a été nommé via un concours « le jardin d’Aloïs ».20- Radio associative, Canal Myrtille (Emploi – 54) : L'association Canal Myrtille a pour but la création et l'animation d'une radio locale. Elle est historiquement implantée sur le secteur de Raôn l’Etape/Baccarat dans le département des Vosges. Suite à l’attribution de nouvelles fréquences en 2011, le CSA autorise RCM à étendre sa zone d’émission sur de nouveaux territoires, couvrant à la fois le Lunévillois et la Déodatie.Le projet est de développer, rencontrer et accueillir les forces vives de chaque secteur dans un souci de valorisation du territoire et de fournir aux auditeurs des informations locales facilement accessibles (journal d’info local, offres d’emploi, agenda culturel et manifestations, sites touristiques, reportages, invités, chroniques, etc…). En créant, notamment, deux nouveaux studios d’émission avec un animateur propre à chaque secteur, et ceci afin d’être au plus près des auditeurs et acteurs locaux. 21- Insertion professionnelle et préservation de terres agricoles (emploi – 54) : L’association Terre de Liens Lorraine a pour objet de relier, de soutenir et d’accompagner les initiatives collectives d’acquisition et de gestion du foncier et du bâti, particulièrement en milieu rural.Le projet consiste à favoriser l’insertion professionnelle en agriculture biologique de porteurs de projet en situation précaire, en développant des outils spécifiques adaptés à ces publics fragilisés, en lien avec les acteurs de l’insertion professionnelle et agricole afin de mieux répondre à leurs attentes et leur permettre de créer des emplois pérennes dans le temps et ancrés sur les territoires.Il a déjà permis d’amorcer l’installation en agriculture biologique d’une dizaine de personnes (ETP) non issues du milieu agricole (hors cadre familiale) et chômeurs, en Lorraine et en Alsace.22- Cohabitation entre le monde urbain et rural (environnement – 54) : L’association « sauvons nos coteaux », s’est fondée en 2007 de la volonté des habitants de s’opposer à des projets de construction sur les coteaux, regroupe actuellement près de 250 familles.Les coteaux de Ludres favorisent la coexistence entre un milieu urbain bétonné et une zone véhiculant les valeurs et les pratiques rurales (jardins potagers, vergers, prairies …)Le projet était d’élaborer un programme de mise en place d’un observatoire de la biodiversité. Cela  a permis à l’association de communiquer et de rentrer en concertation auprès des habitants, des collectivités et des élus et de proposer un projet d’observatoire dont l’objectif est bien de redonner une identité à un territoire en déshérence, abandonné des hommes, menacé par l’urbanisation et la dynamique de la végétation. Prochainement un troupeau de mouton élira domicile sur les coteaux.23- Dragon boat à Toul (allez les filles – 54) : L’Association Laïque Toul Canoë Kayak a pour activité principale le développement la pratique sportive individuelle et collective auprès d’un public large.Ce projet « Dragon boat » a permis à des jeunes filles éloignées de la pratique sportive de s’engager dans une activité nautique régulière, originale et collective, via une équipe 100% féminine de dragon boat, (embarcation ancestrale qui vient de la Chine antique). Cette action a permis de sortir de leur contexte des jeunes filles qui se déplaçaient peu hors de la ville, en leur ouvrant l’accès à une vie sociale plus épanouie et en participant à des événements nationaux (Coupe de France, Festival de dragon boat). L’esprit d’équipe s’est aussi bien installé, basé sur une mixité sociale et intergénérationnelle, permettant de créer une forte cohésion d’équipe.24- Trame verte et bleue sur le pourtour du massif de Haye (environnement – 55) : MIRABEL-LNE est une fédération régionale associative, qui  organise le regroupement d’association, anime le débat public environnemental régional, informe et sensibilise le public et les décideurs.L’objectif de ce projet est d’apporter une expertise aux collectivités pour la déclinaison à l’échelle locale de la Trame Verte et Bleue et  de recenser-valoriser les actions locales en faveur de la création de corridors écologiques. Il s’agit d’informer et de sensibiliser les acteurs locaux et le grand public à la protection de la nature et de protéger la biodiversité.Le projet s’appuie sur une volonté associative de concertation avec tous les acteurs locaux. Il associe et implique les élus, les collectivités, les services d’état, les naturalistes, les associations et le grand public25- Accompagnement de locataires en situation précaire (habitat – 57) : L’association Rémelange Services s’engage dans l’amélioration de la vie quotidienne des habitants du secteur de Rémelange - Fameck. Son projet consiste à aider et accompagner dans la rénovation de leur logement des locataires bénéficiant de minimas sociaux et à leur apporter les outils nécessaires pour poursuivre cette démarche en toute autonomie. La force de ce projet réside dans l’implication directe des bénéficiaires et dans la portée à long terme des séances pédagogiques, qui permettent aux locataires de se réapproprier leur appartement et d’apprendre à s’y sentir bien. Cela leur offre aussi l’opportunité de retisser du lien social, car un logement décent demeure indéniablement un facteur d’insertion.26- Actions culturelles et lien social (habitat – 57) : L’association d’artistes Bouche à Oreille s’est installée au cœur même de la cour du Languedoc, qui se situe dans le quartier ZEP de Metz-Borny (comprenant 400 logements où vivent et se croisent près de 1500 personnes d’une quarantaine d’origines nationales différentes)..Le projet de cette association consiste à créer une dynamique collective et à renforcer le lien entre les habitants de ce quartier d’habitat social. Les actions artistiques et culturelles de proximité permettent l’implication des bénéficiaires. L’aboutissement de ce projet fu l’édition d’un livre sur les habitants et la mémoire de la cour; l’enregistrement d’un CD avec les habitants; la mise en place d’ateliers artistiques permanents; ainsi quela préparation d’une journée-évènement comprenant une performance collective: un son et lumière.27- Soutien aux victimes de violences conjugales (enfance – 57) : L’association ATHENES a pour objet d’intervenir auprès des personnes en difficulté : familles, hommes, femmes et enfants menacés ou victimes d’exclusion, victimes de violences, en voie de marginalisation notamment, en favorisant toutes formes d’insertion à travers l’accueil, l’hébergement, l’accompagnement et le suivi social des populations. Le projet souhaite permettre aux enfants victimes de violences conjugales et à leurs mères de bénéficier en individuel ou en collectif d’un soutien et d’un accompagnement spécifique à la situation de violences vécue. De ce fait, a été mis en place un dispositif modulable en fonction des besoins des victimes : entretiens individuels pour les femmes, entretiens familiaux, ateliers psycho-éducatifs collectifs pour les enfants ou groupe d’expression pour les mères.28- Recyclage et insertion professionnelle (emploi – 88) : L’association MINOS souhaite favoriser par tous les moyens l’insertion sociale et professionnelle et de soutenir les dynamiques de changement dans l’organisation de la société. Elle recherche donc des moyens novateurs pour favoriser l’insertion des publics marginalisés socialement, économiquement et culturellement. Son projet « la TRI-filerie » consiste à développer l’activité de collecte, de remise en état d’objets et leur revente à bas prix sur le territoire de cinq Communautés de Communes, visant ainsi un public de près de 16 000 personnes.En inscrivant ainsi le recyclage dans le secteur marchand à plus grande échelle, MINOS souhaite créer des emplois dans une région défavorisée, tout en participant aux objectifs de réduction des déchets. Ce projet a déjà permis l’embauche et la consolidation de l’emploi de plusieurs salariés.29- Mieux vivre dans sa ville (personnes âgées – 88) : Le Centre Communal d'Action Sociale de Neufchâteau a pour mission d'animer une action générale de prévention et de développement social sur le territoire communal. Un groupe d’usagers du CCAS a fait ressortir l’isolement dans lequel se trouve un certain nombre de personnes âgées.De ce fait, un espace de partage et de convivialité à destination, notamment, des personnes âgées, a été ouvert. L’on peut y partager  des informations, des activités diverses (couture, cuisine, lecture, musique, écriture, groupes de paroles), ou tout simplement goûter ou prendre un café ensemble.Ce lieu permet de lutter contre l’isolement et de favoriser le lien entre des personnes d’horizons, de milieux et d’âges différents, tout en renforçant la solidarité de proximité.Les personnes prennent plaisir à se retrouver chaque semaine, afin de partager un moment de convivialité.30- Aide à la réussite éducative (enfance – 88) : Le Centre Communal d'Action Sociale de Remiremont se trouve confronté à une forte population étrangère au sein du quartier de Rhumont ; suite à la réalisation d’une étude, il ressort que 50% des enfants scolarisés en primaire ne possèdent pas le français comme langue maternelle et que 30% des élèves du 1er degré sont en difficulté scolaire dans les apprentissages fondamentaux surtout dans la maîtrise de la langue.Le projet mis en place tente de répondre aux besoins formulés par les familles, mais également par les enseignants. Il prend sa source dans la réflexion des divers acteurs de l'enseignement, l'éducation et des constats effectués sur le terrain. L'action met en avant une volonté d'harmoniser les moyens par un renforcement des aides et d'intervenir sur un cumul de difficultés repérées.