Événements

Vos contes de Noël racontés par Gilles Marie Buscot et mis en musique par Michel Ott

Par Régine Jessel, France Bleu Alsace jeudi 15 décembre 2016 à 16:28

La magie de Noël
La magie de Noël © Getty

Plongez dans la magie de Noël avec les contes racontés par Gilles Marie Buscot, mis en musique au piano par Michel Ott. Connaissez-vous l'origine du grand sapin de Strasbourg ? L'histoire de Saint-Nicolas ? Où habitent les lutins du Père Noël ? Non ? Alors écoutez !

Noël, c’est d’abord la magie de la lumière. La lumière des bougies de l’Avent qu’on allume une à une, durant les quatre dimanches qui précèdent le 24 décembre. C’est aussi la lumière qui, peu à peu, s’installe partout : dans les maisons ; sur les sapins ; aux fenêtres ; dans les rues des villes et des villages. Noël, c’est aussi le parfum des petits biscuits dorés au four, les braedele, de la cannelle, et des marchés de Noël qui, malgré le froid, la pluie ou la neige, fleurent bon les épices et le vin chaud.

Mais Noël, c’est aussi le temps du partage, de la générosité, des souvenirs d’enfance et de la parole échangée. Ce sont les légendes de Noël, anciennes ou nouvelles, qu’on raconte au coin du feu, où tous les miracles sont possibles, où l’étrange règne, où tous les souhaits peuvent soudain s’accomplir. C’est ce voyage au pays de la rêverie auquel vous convie le conteur Gilles Marie, en vous donnant chaque jour rendez-vous pour un nouveau conte de Noël au coin du feu, à écouter sur France Bleu Alsace entre le 19 décembre et le 1er janvier et sur notre page facebook.

Cliquez sur les boules du sapin ci-dessous pour écouter les 14 contes de Noël de Gilles Marie Buscot.

A écouter :

La légende des deux sapins (source : H.J. Troxler : Noël en Alsace- Légende-contes-Poèmes, Editions du Bastberg, 1993) : Est-ce que vous connaissez l’église Sainte-Aurélie à Strasbourg ? Vous savez, cette église qui est située tout près de la gare… Eh bien, on raconte au sujet de cette église, une bien jolie légende de Noël !

Les trois vœux (source « contes et légendes de Noël », in : Almanach Sainte-Odile, 1985) : La légende de Noël que je vais vous raconter aujourd’hui nous vient de nos campagnes lorraines. Il était une fois, en Lorraine, un paysan très pauvre qui s’en revenait chez lui la veille de Noël. En chemin, il rencontre un vieil homme à la barbe toute blanche, plus pauvre encore que lui.

Le troisième vœu (Erich Kästner, Das Märchen vom Glück) : Un soir de Noël, à Munich, un vieil homme était assis dans une taverne enfumée, près d’un poêle en faïence. Dehors, la neige tombait en flocons serrés. L’homme vidait tranquillement sa chope de bière. Et il avait l’air tellement heureux, tellement heureux, qu’on finit par lui demander. « Eh bien ! Vieil homme, pourquoi avez-vous l’air si joyeux en cette soirée de Noël ? ".

La légende de Saint-Nicolas (source H.J. Troxler : Noël en Alsace- Légende-contes-Poèmes, Editions du Bastberg, 1993) : Il était une fois, en Lorraine, trois petits enfants qui s’en allaient souvent glaner aux champs. La mère avait beau leur dire : « Les enfants ! Surtout ne vous éloignez pas! », ils s’éloignaient chaque jour un peu plus. Un soir, ils finissent par perdre leur chemin.

Le sapin magique (Gilles Buscot) : Cette histoire se passe au Moyen Age, à l’époque des Ducs d’Alsace. Il était une fois une toute jeune fille, très pauvre, mais qui chantait du matin jusqu’au soir. Une nuit de Noël, ses voisins lui offrent un petit sapin, trouvé dans les forêts des Vosges.

Un air de violon (source : Erckmann-Chatrian : L’Ami Fritz) : Un soir de Noël, l’ami Fritz se trouvait à la brasserie du Grand-Cerf. Il y avait trois pieds de neige dehors. Dans la grande salle, pleine de fumée grise, les fumeurs se tenaient autour du grand fourneau de fonte et se chauffaient en silence. Soudain, un bohémien entre, les pieds nus dans des souliers troués. Il se met à jouer un air de violon, un air mélancolique.

Le petit bonhomme et les pépins de pomme (Gilles Buscot) : Est-ce que vous savez pourquoi on suspend des boules de toutes les couleurs aux sapins de Noël? Eh, bien ! Autrefois, ces boules étaient de simples pommes. Oui, des pommes qu’on accrochait au sapin pour représenter l’arbre de paradis, un arbre toujours vert, capable de donner des fruits même en plein hiver. Et aujourd’hui, je m’en vais justement vous raconter une bien jolie légende liée à ces fameuses pommes de Noël.

La petite fille et les lutins du Niederwald (Source : Annette Frieh : Noël en Alsace. Contes et poésies, Sans date) : Savez-vous ce que l’on trouve dans les forêts des Vosges, au moment de Noël ? Eh bien ! Ce sont des petits bonshommes mystérieux et farceurs. Comme le père-Noël, ils portent souvent une barbe blanche. Comme le père-Noël, ils sont coiffés de capuchons rouges. Vous l’aurez compris, ce sont les petits lutins de la forêt. Ils aident le Père-Noël à préparer ses jouets.

La cigogne à la messe de minuit (source H.J. Troxler : Noël en Alsace- Légende-contes-Poèmes, Editions du Bastberg, 1993) : Le conte de Noël d’aujourd’hui commence au printemps… Vous savez, le printemps, c’est l’époque où les cigognes reviennent faire leur nid sur les clochers d’Alsace. On dit alors qu’elles sont un heureux présage.

La légende du sapin de Noël (source H.J. Troxler : Noël en Alsace- Légende-contes-Poèmes, Editions du Bastberg, 1993) : Vous savez, n’est-ce pas, que la tradition du sapin de Noël nous vient d’Alsace et de Lorraine… Le sapin, c’est l’arbre qui reste toujours vert, même en plein cœur de l’hiver. Mais savez-vous pourquoi les autres arbres perdent leurs feuilles, et pourquoi le sapin, lui, garde ses épines ?

Le moulin des trois rois mages (source H.J. Troxler : Noël en Alsace- Légende-contes-Poèmes, Editions du Bastberg, 1993) : On trouve, dans les Vosges, de très jolis petits villages. Et parmi eux, il y en a un qui porte un drôle de nom : il s’appelle Lalaye. Eh bien ! Dans le village de Lalaye, il y avait autrefois un moulin. Oh ! Un moulin pas comme les autres. Et dont le souvenir est resté lié à celui de deux nuits de Noël extraordinaires.

Le moulin de Geispolsheim (source H.J. Troxler : Noël en Alsace- Légende-contes-Poèmes, Editions du Bastberg, 1993) : Vous connaissez peut-être le village de Geispolsheim, en Alsace? Eh bien son nom reste lié à celui à une légende de Noël, et à un moulin qu’on appelle « Teufels-Mühle », c'est-à-dire, « le moulin du diable ». Il y avait autrefois beaucoup de moulins en Alsace. Non pas des moulins à vent, mais des moulins à eau.

Le petit homme du brouillard (source : Franz Bachmann/ Fred Hivers : Contes et légendes d’Alsace, Tome 1, Cernay : Ed. Carré d’Alsace, 2002) : Quoi de plus beau qu’un Noël sous la neige ? Mais il ne neige pas toujours à Noël. Parfois il fait tout simplement du brouillard. Et voici justement un conte de Noël qui s’appelle le petit homme du brouillard. Du brouillard, on en trouve souvent sur la plaine d’Alsace. Par exemple du côté de Herrlisheim.

Noël de discorde (d’après Huguette Dreikaus. Source : Huguette Dreikaus : Huguette, capitale de Noël, Strasbourg : La Nuée Bleue, 1999) : Vous allez entendre un conte de Noël, comment dirais-je ? gastronomique, inspiré de la célèbre Huguette Dreikaus. Il y avait en Alsace un pâtissier célèbre qui excellait dans l’art de confectionner les Brädele, vous savez ces petits biscuits de Noël qu’on trouve aussi en Lorraine et en Forêt Noire. Quand on passait devant sa boutique, on ne pouvait résister à l’envie d’acheter ses fameux biscuits de Noël, sortis tout chauds du four.