Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

DAX, FIN DE FERIA!

dimanche 16 août 2015 à 23:37 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

UltimeS corridas ce dimanche . Hermoso de Mendoza et Léa Vicens triomphent à cheval le matin. Dure corrida d'Escolar Gil le soir.

  TOROS EN DAX

 

La feria de Dax. Après cinq courses, plus deux novilladas sans picador, et une corrida à cheval l fête s’est éteinte hier soir dimanche avec le traditionnelle récital des bandas et peñas.

 

Ce dimanche matin corrida à cheval dans une arène pleine à craquer.4 oreilles pour Pablo Hermoso de Mendoza, deux pour la nîmoise Léa Vicens.

Le soir, le plein, plus de billet, dernière corrida du cycle. Toros d’Escolar Gil pour Rafaelillo, Manuel Escribano et Alberto Aguilar. Une seule oreille coupée au premier toro d’une corrida dure et compliquée par Rafaelillo.

 

     Escolar Gil … le père, Jose, le gendre, El Fundi, matador majeur retiré des arènes, le petit fils de quatorze ans, futur patron de l’affaire, les mère, filles, tantes, la famille Escolar Prados avait fait le déplacement quasiment au complet pour assister à cette course de clôture de feria. Une corrida qu’ils ont aimée. Dure, solide, âpre, parfois dangereuse, formidablement armée, très sérieusement présentée. Un lot exigeant, qui demande les papiers aux toreros, qui les met en péril à chaque erreur, même minime. Bref la corrida que la famille Escolar Prados avait préparée. Ils n’étaient pourtant pas contents de tout le monde d’ailleurs au terme de la soirée.

     Si Rafaelillo a été la hauteur du défi en coupant une belle oreille au premier en toréant juste, droit , si le matador de Murcia s’est battu dans l’honneur avec le pernicieux quatrième, si Alberto Aguilar, madrilène de poche, aurait pu triompher au deuxième Escolar après une faena engagée et racée, hélas mal terminée à l’estoc, s’il s’est, lui, grandit en affrontant le méchant sixième…par contre…par contre …la famille Escolar Prados n’est pas vraiment satisfaite du comportement de Manuel Escribano. Il est vrai que l’andalou n’a pas forcé le talent, dans un jour sans, baissant vite pavillon et expédiant les affaires courantes à deux reprises. Corrida dure oui , corrida pour aficionados, de danger sourd  et donc difficile à lire pour le grand public. Les Escolar Prados eux, sont repartis satisfaits.

Bilan global de la feria, cuvée 2015.

   Quatre corridas pleines, dont un « no hay billete », deux entrées largement garnies, deux novilladas sans picador qui font moitié d’arène, succès commercial assuré et inconstable encore une fois pour Dax.  Et satisfaction ample et légitime pour les organisateurs du point de vue artistique également. Point trop d’oreilles, pas de gabegie mais à une prés- la deuxième du Juli-  distribution sans exagération. Cela en raison de bonnes présidences lesquelles n’ont pas eu la main lourde. De vrais triomphes aussi, légitimes. Une journée de grande dimension samedi avec une corrida qui sera inoubliable, forcément inoubliable. Et puis également, vive la jeunesse, qu’a célébré la feria. La carte jeune a fonctionné. Garcia, Salenc, Adame, Luque, Pepe Moral qui était lui inédit, Léa Vicens, Del Alamo, Aguilar, n’ont pas encore trente ans et ont brillé absolument. Cela rafraîchit heureusement le cirque. Pepe Moral, révélation totale, lui,  pour le grand public. Il triomphe grandement samedi matin en coupant trois oreilles avec El Juli, vedette ancienne déjà. Moral, sorti de l’oubli, qui fait du bien à la tauromachie. Gabin Rehabi… aussi !  Le jeune picador provençal de trente-deux ans a été l’un des héros de la phénoménale course de Pedraza de Yeltes. Il faut lui associer les chevaux d’Alain Bonijol, ovationnés et conjugués au merveilleux triomphe de cette course absolument dantesque. Dax pour la deuxième année consécutive en a pris plein les mirettes.Tant mieux.

 

Ce lundi à midi  sur France Bleu Gascogne , « Callejon spécial débriefing feria ».