Économie – Social

Dijon: la braderie lutte contre l'obsolescence programmée

Par Edouard Marguier, France Bleu Bourgogne dimanche 13 septembre 2015 à 10:22

La braderie est l'occasion de faire des bonnes affaires.
La braderie est l'occasion de faire des bonnes affaires. © Radio France - Edouard Marguier

La braderie de rentrée à Dijon a attiré des dizaines de milliers de personnes ce samedi. Nouveauté cette année, un stand pour réparer ses appareils électroniques était installé place Darcy... une façon de ne pas se laisser faire face à l'obsolescence programmée.

Nous avons tous fait ce constat à la maison: la durée de vie de nos appareils diminuent. Soit ils tombent en panne plus tôt qu'avant. Soit ils deviennent fous. C'est qui est arrivé au pèse-personne de Viviane. "Une fois il indique 40 kilos, une fois 80,  je pense qu'il y a un problème avec la carte électronique, je n'ai pas envie de le jeter". Quand elle a vu qu'un réparateur venait gratuitement proposer ses services à la braderie de Dijon, elle n'a pas hésité. Elle a eu raison. Dans 80% des cas, les pannes sont réparées. Mais parfois il n'y a rien à faire.

"On a considérablement progressé dans ce domaine mais cela devient de plus en plus délicat de réparer de l'électronique car les industriels verrouillent"  Régis, réparateur.

C'est ce qu'on appelle l'obsolescence programmée. Une technique utilisée par les fabricants pour réduire volontairement la durée de vie d'un produit et inciter à jeter pour forcer le consommateur à racheter. Le Parlement français a pris le problème à bras le corps en faisant de cette obsolescence programmée un délit. C'était l'un des articles de la dernière loi sur la transition énergétique. L'industriel contrevenant risque une peine de deux ans de prison et de 300 000 euros d'amende. Mais cette infraction reste très difficile à prouver.

Un annuaire de la deuxième vie des objets

Cette initiative d'inviter ce réparateur d'appareil est signée le Grand Dijon et la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Bourgogne. Il n'était pas seul ce samedi place Darcy. Une couturière était là pour faire des retouches, un mécanicien de vélo également...L'idée est de redonner vie à nos objets en panne. C'est bon pour l'environnement et bon pour le climat. Un effort de tous les jours. Cet annuaire de la deuxième vie est à consulter sur le site de l'Ademe Bourgogne.