Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

Feria d'Hagemau, le triomphe de Garrido!

lundi 4 août 2014 à 23:01 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

Quatre oreilles pour le novillero de Badajoz à l'issue de deux récitals complets.

La feria d’HagetmauDeuxième corrida du cycle hier. Novillos de La Quinta pour Borja Jimenez , Fernando Rey et Jose Garrido. Jimenez coupe une oreille, Garrido éblouit et en coupe quatre sans contestation possible , il sort en triomphe accompagné du mayoral de La Quinta.

Intéressante corrida de La Quinta acceptablement présentée, manquant de piment et de classe, mais noble tout en gardant un fond de complexité dans le jeu. Fernando Rey s’enfonce dans le marasme, le novillero de Málaga torée comme s’il s’ennuyait, triste à pleurer et hors du coup, forçant le trait. Borja Jimenez l’autre andalou du jour, protégé du clan Espartaco, coupe une oreille au premier Buendia de la soirée avec comme principe, la posture. Il est clinquant, souvent, abusant des effets ostentatoires, marginal mais expressif il toré de loin, sur le voyage, mais en liant et avec transmission. Sans convaincre pour autant. 

Reste le vrai torero du jour, de l’année sans doute et peut être de l’avenir. Jose Garrido a 20 ans. Il vient d’Estrémadure. À l’image des ses ainés devanciers Talavante et Perera il torée avec un mélange formidable d’élégance subtile, de pureté, de sincérité, d’engagement et de courage. Sa première faena est excellemment posée, son jeu de cape est vibratoire, sa muleta est à la fois douce et autoritaire sans jamais être affectée. Au dernier, La Quinta moins clair il s’impose d’abord à gauche, la corne la plus difficile avec brio et profondeur, avant que d’emballer la dextre et de tuer admirablement. Triomphateur à Séville, Madrid et Valencia on le voyait venir. Garrido, c’est le présent et sans doute.

Ce mardi soir on change de bourgade, succulente corrida sous les frondaisons à 19h à Villeneuve-de-Marsan avec des toros de Dominguez Hermanos pour les français Thomas Dufau et Juan Leal et le mexicain Diego Silvetti.