Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

Feria de Dax, le moral et les Pedreza !

samedi 15 août 2015 à 23:28 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

Dax s'est découvert un torero, Pepe Moral qui coupe trois oreilles. Dax a repris une dose historique de Pedraza de Yeltes.

El Juli et Pepe Moral portés en triomphe
El Juli et Pepe Moral portés en triomphe © Radio France - Henri Stassinet

Les corridas A VIVRE SUR FRANCE BLEU GASCOGNE à partir de 17h50.

Deux corridas au menu de ce samedi, le matin, le plein. Les toros de  Domingo Hernandez pour El Juli, Jose Maria Manzanares et Pepe Moral. Trois oreilles pour El Juli, trois oreilles surtout pour Pepe Moral, extraordinaire matador andalou que beaucoup de gens ont découvert.

Trois oreilles pour El Juli et Pepe Moral ce samedi matin

Alors oui, le lot de Domingo Hernandez manquait de bois sur la tête. Alors oui, les toros ont été bien trop faibles pour transcender leur race. Mais de leur très grande noblesse sont nées des monuments de faenas. Avec El Juli, en rédemption à l’Assomption. Piqué au vif d’avoir été écarté de Mont-de- Marsan et Bayonne pour nonchalance et bétail honteux, le castillan, au panache, a réexpliqué ce que sa tauromachie peut porter quand il le veut. Ce qui accrédite d'autant les thèses des critiques. Deux faenas intenses, la deuxième lidia sous la pluie, dans la « bouillaque », débutée en allant se mettre à genoux face au toril. Orgueil d’un torero face aux remontrances. 

Et puis, surtout Pepe Moral . L’ex-chômeur, abandonné de la tauromachie, a offert en offrande la somptueuse confirmation d’immenses possibilités connues seulement jusqu’à ce jour des initiés. Douceur, lenteur, élégance, « toreo » de ceinture, poignet magique, subtiles voluptés et tout autant de rigueur taurine. Le peuple s’est découvert un torero qui concilie, art, domination, intégrité. Et qui tue, lui, dans la vérité du genre.

Manzanares avec un lot détestable de faiblesse n’a pu qu’abandonner quelques séquences lumineuses au cinquième toro. Mais Moral… par pitié, sur toutes les tablettes la saison prochaine !

Deux fois une oreille ce samedi soir

Le soir, quatrième corrida de feria. Toros de Pedraza de Yeltes pour Javier Castaño, Manuel Jesus Perez Mota et Juan Del Alamo qui coupe deux fois une oreille.

La corrida n’a certes pas eu l’intensité homogène absolue, la continuité d'expression dans la race de celle de l’année dernière mais on a gagné en émotion, en variété, en diversité, en dramatique. Cette course dingue qui a duré presque trois heures a été haletante, crispante, torride, grandiose.

Le contraste d’une émotion chassant l’autre, avec la formidable densité de cette prestation des Pedraza de Yeltes, corrida tellement attendue et qui a tellement tenue toutes ses promesses. Avec un lot remarquable , des toros beaux, grands, en cornes fortes. Des toros aux charges variables, imprévisibles, aux rencontres résonants dans le cirque, des attaques animales sauvages contre la cavalerie, contre les hommes. Mais aussi des toros à toréer, ce qu’a raté totalement Castaño. Il y a eu surtout "Resistente" un rouquin qui monte trois fois affronter Gabin Rehabi, piquero majuscule, qui sort  sous la musique. Il y a eu encore ce toro fou "Fantasioso" ultime Pedraza renversant tout sur son passage, attaquant le cheval de longues minutes, désarçonnant le cavalier pris sous l’étau, semant la panique mais tellement extraordinaire dans l’expression aussi de sa caste.

Et aussi ce petit bout d’homme, Juan Del Alamo, vingt-quatre ans seulement, qui aoprès avoir perdu pied lors du tercio de piques se sublime dans l’adversité et va au front pour couper sa deuxième oreille. Le final : "Tabarly"  cheval torero d’Alain Bonijol avec son maître,en bride, en piste, pour une ovation qu’on a entendu de Jupiter ! Et le peuple en larmes dans une émotion à rien d‘autre comparable.

Le programme du jour :

A 11 heures ce dimanche, corrida à cheval. Et à 18 heures dernière corrida du cycle : Toros d’Escolar Gil pour Rafaelillo, Manuel Escribano et Alberto Aguilar.

A LIRE AUSSI : le dossier complet, Feria de Dax 2015