Événements

Grande salle de spectacles de l'agglomération bordelaise : l'agenda n'est "pas remis en cause"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mercredi 5 mars 2014 à 18:36

La future salle de Floirac doit ouvrir ses portes dans 3 ans
La future salle de Floirac doit ouvrir ses portes dans 3 ans © Senso-Agence Rudy Ricciotti

La Communauté urbaine de Bordeaux dédramatise après l'annonce d'un recours déposé contre l'appel d'offres. Selon l'institution, la signature de la concession pourrait avoir lieu d'ici la fin du mois et l'ouverture de la grande salle de spectacles à Floirac reste programmée en 2017.

Bordeaux est toujours la seule grande agglomération en France sans grande salle de spectacles. Et la construction d'une enceinte à Floirac, dans l'agglomération, sur la rive droite de la Garonne, subit des retards réguliers. Cette fois, un obstacle judiciaire se dresse sur la route de cette salle d'environ 10.000 places. L'un des regroupements qui avait fait acte de candidature lors de l'appel d'offres a déposé un référé devant le tribunal administratif  pour contester l'attribution de ce marché au groupe Senso SAS.

Du coup la signature du contrat de concession prévue demain vendredi a été repousée. L'audience se tiendra le 20 mars prochain et les requérants ont visiblement des arguments . Selon les avocats du bureau lyonnais Adamas chargé du dossier, le Groupement composé de 4A Architecte conteste entre autre la communication tardive de la Communauté Urbaine de Bordeaux. Leurs clients auraient été informés officiellement du choix de la Communauté urbaine au mois de février alors que la nouvelle était tombée par voie de presse en janvier annoncant l'attribution au consortium Lagardère / Bouygues / Riccioti.

La Communauté urbaine de Bordeaux prépare activement sa défense dans la sérénité, habituée à ce genre de recours.

"La situation doit être analysée avec beaucoup de sérénité. Nous avons pris connaissance du mémoire qui nous a été adressé. Aujourd'hui, l'agenda prévu n'est pas remis en cause." — Michel Vaissye, directeur général des services techniques de la CUB

La CUB affirme que, pour le moment, l'agenda sera respecté. Effectivement si le 20 mars, le requérant est débouté, la signature pourrait intervenir dans la foulée. S'il se pourvoit en cassation, le juge aura 15 jours supplémentaires pour prendre sa décision. 

En revanche, si le juge se rend compte d’un manquement aux règles dans l'attribution, la Communauté urbaine de Bordeaux fera certainement appel. Dans ce cas, la procédure prendrait une autre tournure. Ce serait un énième épisode dans un feuilleton qui dure depuis plus de dix ans. En attendant, l'ouverture de la salle est toujours prévue pour 2017. 

"C'est une situation classique" affirme le directeur des services techniques de la CUB