Toutes les émissions

Le 30 mai 2016

Journée spéciale consacrée à la maladie de Lyme sur France Bleu Limousin

Journée spéciale consacrée à la maladie de Lyme sur France Bleu Limousin
Journée spéciale consacrée à la maladie de Lyme sur France Bleu Limousin

Dans le cadre de la journée mondiale contre le déni de la maladie de Lyme, le lundi 30 mai, France Bleu Limousin vous informe sur cette maladie qui touche chaque année 27000 personnes en France.

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme, est une infection due à une bactérie transmise lors d’une piqûre de tique. L’infection est souvent sans symptôme. Cependant elle peut provoquer une maladie parfois invalidante (douleurs articulaires durables, paralysie partielle des membres…).

Une tique en train de piquer - Aucun(e)
Une tique en train de piquer -

Petite tique, grosse maladie

La transmission à l’homme se fait uniquement par piqûre de tique. Les contaminations humaines sont plus fréquentes à la période d’activité maximale des tiques, entre le début du printemps et la fin de l’automne.

Les données disponibles à ce jour estiment le nombre moyen annuel de cas de borréliose de Lyme à 27000, soit un taux d’incidence annuel moyen estimé à 43 cas pour 100 000 habitants. En Limousin ce taux est compris entre  50 et 100 pour 100 000 habitants.

Comment reconnaître la piqûre ?

La lésion très évocatrice de la maladie de Lyme est appelée « érythème chronique migrant ». Il s’agit d’une éruption rouge, inflammatoire, débutant trois à trente jours après la piqûre, centrée au point de piqûre. Elle s’étend ensuite et peut s’associer à de la fièvre, puis disparaître spontanément en quelques semaines.

Si l’érythème chronique migrant passe inaperçu ou n’existe pas, il peut apparaître alors quelques semaines à quelques mois plus tard une phase secondaire de la maladie caractérisée par plusieurs manifestations isolées ou associées : manifestations articulaires, cutanées, cardiaques, neurologiques, générales (à type de fatigue chronique).

Des mois à des années après l’infection peuvent apparaître des manifestations tertiaires, de type articulaire, cutané, neurologique, musculaire, ou cardiaque.
L’évolution est très favorable lorsque la maladie est diagnostiquée et traitée précocement. En l’absence de traitement, l’évolution vers la phase secondaire n’est pas systématique, mais aggrave le pronostic.

Quel traitement ?

Son objectif est de guérir les manifestations cliniques et d’éviter l’évolution vers la phase secondaire. Il repose sur l’antibiothérapie par voie orale, d’autant plus efficace qu’elle est prescrite précocement. Beaucoup d’antibiotiques sont efficaces sur Borrelia.

Et la prévention ?

En l’absence de vaccination, la meilleure prévention consiste à retirer les tiques le plus rapidement possible après piqûre, en évitant de casser le rostre. La résistance des tiques aux insecticides rend difficile leur destruction. Il n’est pas justifié de traiter systématiquement par antibiotique tout sujet qui vient d’être piqué par une tique. En revanche, il faut surveiller l’apparition d’un érythème chronique migrant et signaler la notion de piqûre de tique à son médecin lors de l’apparition d’une lésion cutanée ou d’une fièvre.

Toute la journée du 30 mai, France Bleu Limousin vous informe sur cette maladie

Retrouvez ici les meilleurs moments de cette journée avec des témoignages et les conseils de nos spécialistes.

Et en préambule au déroulé de cette journée exceptionnelle, nous vous proposons d'entendre deux grands spécialistes de la maladie de Lyme : le Dr Raouf Ghozzi, président de la FFMVT (Fédération Française contre les Maladies Vectorielles à Tiques) et le Pr Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses à l'Hôpital Raymond Poincarré de Garches, en région parisienne.

Ecoutez l'interview complète du Dr Raouf Ghozzi

Dr Raouf Ghozzi (à gauche) et Pr Christian Perronne - Radio France
Dr Raouf Ghozzi (à gauche) et Pr Christian Perronne © Radio France -

Ecoutez l'interview complète du Pr Christian Perronne

9h-10h : Les experts avec le Professeur Pierre Weinbreck, chef du service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Limoges. 
Nous entendrons aussi Axel,11 ans, qui nous dira pourquoi les médecins l’agacent et Nicolas Horde, la trentaine, atteint de la maladie de lyme sous sa forme chronique.

Réécoutez l'émission "les experts" consacrée à la maladie de Lyme

10h05 : Evelyne Dupuis Corgne, responsable de la section Haute-Vienne de l’association France Lyme nous explique le contexte de cette journée spéciale

Evelyne Dupuis Corgne, présente toute la journée sur France Bleu Limousin - Radio France
Evelyne Dupuis Corgne, présente toute la journée sur France Bleu Limousin © Radio France - Jean-Claude Boulesteix

Jusqu'à 11h : L’émission culinaire de Régine Rossi Lagorce consacrée à des recettes sans gluten, sans lait et sans sucre qui sont des ingrédients qui risquent de nourrir des bactéries.

On cuisine ensemble avec Régine et des recettes spécialement étudiées

11h50 : nous recevons Sophie Dube, chargée de communication de l'association France Lyme. Avec elle nous parlons de l'aide apportée par l'association et nous évoquons les régions les plus touchées par la maladie de Lyme.

Sophie Dubé répond aux questions de Jean-Claude Boulesteix

14h : Yannick Bienvenu, technicien pour la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne, vient nous parler des formations dispensées auprès des chasseurs, notamment sur les aspects sanitaires.

Réécoutez Yannick Bienvenu de la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne

14h35 : témoignage de Nicolas Horde, patient atteint de la maladie de Lyme. Il fait partie des cinq personnes d'une même famille atteintes par la maladie de Lyme en phase chronique.

Nicolas Horde, patient atteint de la maladie de Lyme sur France Bleu Limousin

15h35 : Roger Lenglet, auteur avec Chatal Perrin du livre L'affaire de la maladie de Lyme publié en avril 2016 aux éditions Actes Sud. Avec lui nous répondons à ces questions : pourquoi la maladie de Lyme est-elle si dure à diagnostiquer ? Pourquoi tant de patient(e)s en errance, en détresse, sans médecin ou sans services adaptés ?

Roger Lenglet, auteur, répond aux questions de Jean-Claude Boulesteix

16h10 : Axel, 11 ans évoque sa vie quotidienne, lui qui est atteint de la maladie de Lyme en phase chronique depuis l'âge de 5 ans.

Axel, 11 ans, nous raconte son quotidien de jeune malade

16h20Renaud Coiffe, pharmacien à Limoges nous dit quelles premières précautions prendre lors d'une piqûre de tique.

Les conseils du pharmacien Renaud Coiffe

16h45 : nous recevons le Dr Raouf Ghozzi, Responsable du service des médecines internes des Hôpitaux de Lannemezan dans les Hautes Pyrénées, il est également le président de la Fédération Française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT).

Le Dr Raouf Ghozzi président de la FFMVT

17h05 : avec le Professeur Christian Perronne, un des référents de la maladie de Lyme en France, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Raymond Poincarré de Garches, dans les Hauts de Seine, nous parlons de la Fédération contre les maladies vectorielles à tiques, créée en 2005.

Le Pr Christian Perronne répond aux questions de Jean-Claude Boulesteix

17h30 : Mickaël, atteint de la maladie de Lyme, évoque avec nous sa vie de jeune trentenaire et actif.

Mickaël au micro de Jean-Claude Boulesteix

► 17h50 : nous concluons cette journée par un bilan en compagnie d'Evelyne Dupuis Corgne, responsable de la section Haute-Vienne de l’association France Lyme.

Evelyne Dupuis Corgne fait le bilan de cette journée spéciale maladie de Lyme

Infos pratiques