Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

Le Sud-Ouest attire les équipes de tournage

dimanche 3 novembre 2013 à 8:10 Par Maxime Tellier, France Bleu Gironde

Les équipes de la série "Résistances" ont élu domicile à Bordeaux et Libourne pendant six semaines. Pour cette production qui se déroule sous l'Occupation et qui sera diffusée sur TF1 au printemps prochain, l'Aquitaine présente de nombreux atouts.

La salle des mariages de la mairie de Libourne reconvertie en QG de la Gestapo pour le tournage de la série Résistances.
La salle des mariages de la mairie de Libourne reconvertie en QG de la Gestapo pour le tournage de la série Résistances. © Radio France - Maxime Tellier

On pourrait presque parler d'engouement pour l'Aquitaine au sein du petit monde des séries et du cinéma. A Bordeaux, plus de 70 tournages ont eu lieu en 2012 selon Sud Ouest (films, documentaires ou spots de pub). A Libourne, le compteur s'est arrêté à cinq pour l'année 2013 ; c'est du jamais vu selon la mairie.

Le dernier tournage en date sera visible sur TF1 au printemps prochain. Les équipes de la série Résistances ont élu domicile à Bordeaux et Libourne pendant six semaines jusqu'à la mi-novembre. L'action se déroule sous l'Occupation nazie et raconte l'histoire de très jeunes résistants ; Fanny Ardant y joue le rôle d'une femme accusée de soutenir ces réseaux clandestins.

A Libourne, pour les besoins de la production, la salle des mariage a été reconvertie en bureau du chef de la Gestapo. "Nous avons choisi ces lieux de tournage car les bâtiments et les rues sont relativement préservés par la modernité. Dans d'autres régions de France, il y a beaucoup trop de détails anachroniques et cela nous coûterait très cher en décoration" , confie Miguel Courtois, le réalisateur.

Le plus étonnant est que l'action de cette série se déroule à Paris et à Lyon, jamais en Aquitaine. Mais la région sait être attractive : l'hôtellerie est moins chère qu'à Paris et désormais les lieux de tournage sont répertoriés par des commissions ad hoc au département de Gironde et à la région.

Cinq tournages ont eu lieu à Libourne en 2013

Chez les élus locaux, on a bien compris l'impact positif à attendre d'un tournages sur sa commune. Le maire de Libourne, Philippe Buisson, se dit très actif sur ce sujet : "en terme de notoriété, c'est toujours une bonne chose d'accueillir ces équipes chez nous. Pour les commerçants, les hotelliers, les retombées économiques sont très intéressantes".

Et désormais à Libourne, la mairie dipose d'un "book" : un cahier qui recense tous les lieux de tournage. En ce moment, l'ancienne caserne des sous-officiers de Gendarmerie (l'Esog) a la côte. Dans la série Résistances , le bâtiment désaffecté depuis 3 ans apparaitra comme un tribunal militaire.