Événements

Les vignes vont-elles faire leur retour à Besançon ?

France Bleu Besançon mercredi 15 avril 2015 à 16:45

Vignes (illustration)
Vignes (illustration) © Bénédicte Courret / Radio France

Une poignée de passionnés veut faire revivre la culture de la vigne dans la capitale comtoise. Pour produire du vin, mais surtout pour faire revivre cet aspect du patrimoine bisontin. L'association des "Terrasses bisontines et d'ailleurs" cherche des bénévoles.

Besançon, cité viticole . C'était au XIXe siècle, c'était avant l'épidémie de phylloxera qui a décimé les vignes. Sur les pentes de la colline de Bregille, au-dessus du Doubs, face à la Citadelle, tout un monde de pierres sèches sort de l'oubli . L'association "Terrasses des collines bisontines et d'ailleurs" est à pied d'oeuvre.

Reportage de Christophe Mey avec l'association Terrasses des collines bisontines et d'ailleurs

"On découvre un patrimoine énorme, insoupçonné , explique Muriel Loriod-Bardi, la co-fondatrice de l'association. Ces terrasses sont composées d'escaliers, de cabordes, de pierriers, de magnifiques murs, parfois doubles, parfois arrondis dans les angles. C'est magnifique. L'idée de la vigne, c'est donc de redonner un sens à ces espaces que l'on défriche et que l'on restaure ."

Car autrefois, toutes ces terrasses patiemment construites au fil des siècles étaient dévolues aux vergers, et surtout à la vigne. Y replanter des ceps , c'est donc leur redonner leur fonction première.

Avoir une activité respectueuse du milieu naturel

"Les traitements chimiques seront proscrits, ajoute Luc Bardi, le mari de Muriel, l'autre cheville ouvrière du projet. En tout cas, le projet de l'association est d'avoir une activité respectueuse du milieu naturel. On va se rapprocher des techniques de biodynamie. Sur les plantations, on évitera tout ce qui est piquets et fils métalliques, toutes ces choses qui n'ont pas de sens dans une vigne naturelle ."

Luc Bardi, au micro de Christophe Mey

Appel aux bonnes volontés

L'association va donc privilégier les piquets en bois ou les plantations en échalas , comme c'était le cas traditionnellement au XIXe siècle, pour créer un paysage harmonieux.

Le projet n'en est à qu'à ses débuts , car il faut déposer des dossiers et obtenir des autorisations pour planter de la vigne. Et puis il faut des bonnes volontés pour la cultiver. L'association "Terrasses des collines bisontines et d'ailleurs" lance un appel à tous ceux qui voudraient tenter l'aventure.

Retrouvez la [page Facebook de l'association]("On découvre un patrimoine énorme, insoupçonné, explique Muriel Loriod-Bardi, la co-fondatrice de l'association. Ces terrasses sont composées d'escaliers, de cabordes, de pierriers, de magnifiques murs, parfois doubles, parfois arrondis dans les angles. C'est magnifique. L'idée de la vigne, c'est donc de redonner un sens à ces espaces que l'on défriche et que l'on restaure." Car autrefois, toutes ces terrasses patiemment construites au fil des siècles étaient dévolues aux vergers, et surtout à la vigne. Y replanter des ceps, c'est donc leur redonner leur fonction première. Avoir une activité respectueuse du milieu naturel "Les traitements chimiques seront proscrits, ajoute Luc Bardi, le mari de Muriel, l'autre cheville ouvrière du projet. En tout cas, le projet de l'association est d'avoir une activité respectueuse du milieu naturel. On va se rapprocher des techniques de biodynamie. Sur les plantations, on évitera tout ce qui est piquets et fils métalliques, toutes ces choses qui n'ont pas de sens dans une vigne naturelle." Appel aux bonnes volontés L'association va donc privilégier les piquets en bois ou les plantations en échalas , comme c'était le cas traditionnellement au XIXe siècle, pour créer un paysage harmonieux. Le projet n'en est à qu'à ses débuts, car il faut déposer des dossiers et obtenir des autorisations pour planter de la vigne. Et puis il faut des bonnes volontés pour la cultiver. L'association "Terrasses des collines bisontines et d'ailleurs" lance un appel à tous ceux qui voudraient tenter l'aventure.).