Événements DOSSIER : Rencontre avec les Lorrains

Meurthe-et-Moselle : Jean Charroy, transforme les fruits en élixir

Par Laurent Pilloni, France Bleu Sud Lorraine mercredi 25 janvier 2017 à 11:48

L'atelier public de distillation de Laneuveville-devant-Bayon possède 3 alambics.
L'atelier public de distillation de Laneuveville-devant-Bayon possède 3 alambics. © Radio France - Laurent Pilloni

Depuis 2003, date de la création de l’atelier public du village de Laneuveville-devant-Bayon, Jean Charroy distille la mirabelle mais aussi d’autres fruits de notre région. Un savoir-faire qu’il tient de sa famille.

A Laneuveville-devant-Bayon, les effluves de mirabelles de lorraine, de quetsches ou encore de coings embaument le village. Ces parfums proviennent de l’atelier public où Jean Charroy (bouilleur de cru) et d’autres passionnés ont relancé la distillation depuis 2003. Le principe est simple : tous les propriétaires de parcelles classées en vergers et vignes sur le cadastre, apportent leurs fruits déjà cuits dans des tonneaux. Jean Charroy fait parler son expérience :

Comme c’est une activité réglementée, je vérifie tout d’abord la quantité qui a été annoncée et je rédige un laissez-passer. Ensuite les fruits sont cuits dans un alambic au bain marie. Après la cuisson, sont extraites les petites eaux dont le taux d’alcool varie entre 60 et 70 degrés. Le lendemain, je redistille à feu nu pour le raffinage, avant d’y ajouter l’eau distillée pour obtenir le degré d’alcool souhaité par le client.»

Les fruits arrivent déjà cuits avant de débuter la distillation. - Radio France
Les fruits arrivent déjà cuits avant de débuter la distillation. © Radio France - Laurent Pilloni

Généralement, le degré d’alcool voulu fluctue entre 48 et 52 degrés. L’élixir est alors buvable. Est-il pour autant de qualité ? Malgré toutes ses connaissances, Jean Charroy ne peut rien contre Dame Nature qui reste incontrôlable:

Pour obtenir une bonne eau de vie, il faut bien entendu des fruits gorgés de sucre. Pour cela, la météo est essentielle tout comme le respect du temps de fermentation qui dure près de trois mois. Autre détail qui peut avoir une incidence sur le résultat final, l’eau : elle doit être bien fraîche et limpide pour le refroidissement des alambics.»

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

C'est le cas dans la commune où coule une source d'eau d'excellente facture. De novembre à avril l’atelier public de distillation de Laneuveville-devant-Bayon tourne à plein régime. Outre son eau de vie, on y vient également chercher des moments de convivialité et d’échanges. Un état d’esprit dont le garant est Jean Charroy.

Pour connaître les secrets de la distillation en Lorraine. Lisez le Vin et la distillation en Lorraine de Bertrand Munier.