Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements DOSSIER : Mon plus beau village de Franche-Comté

Mon Plus Beau Village de Franche-Comté : Vuillafans, au pays de Courbet mais pas seulement !

mardi 8 janvier 2019 à 13:06 Par Romain Parreaux, France Bleu Besançon

France Bleu Besançon vous présente la région à villages découverts !

La Vallée de la Loue pour ouvrir 2019, "Année Courbet"
La Vallée de la Loue pour ouvrir 2019, "Année Courbet" © Radio France - Laure Mattioli

Vuillafans, France

Le site de la commune de Vuillafans

Laure Mattioli s'est rendue à Vuillafans pour ouvrir l'année 2019, "Année Courbet", dans les décors de la vallée de la Loue.

Depuis le moyen-âge l’histoire du village est liée aux deux châteaux qui le dominent de part et d’autre de la Loue. Châteauvieux, construit au XIème siècle fait partie d’un village pittoresque, situé à un kilomètre de Vuillafans. Cet édifice, détruit par un incendie en 1807, fut bâti par les sires de Durnes dans le premier quart du XIIIème siècle, et précédé par un bourg castral avec chapelle. Ce dernier comptait plus de 200 âmes. Un double fossé en protégeait l’accès au nord-est. Il connut son heure de gloire au cours du XVIème siècle mais l’ensemble a été détruit vers 1479 avant que ses pierres ne servent à la construction de maisons à Échevannes et Vuillafans et du monastère des Capucins de Vuillafans.

Il y a encore un siècle, 2000 hectares de vigne s’étendaient de Mouthier-Haute Pierre à Ornans. De nombreux propriétaires exploitaient de petites surfaces vivant du troc avec les paysans, éleveurs de bétail et céréaliers.

L’avènement du chemin de fer et de l’industrialisation dans la vallée apporta plusieurs changements dans la vie de chacun : régularité des revenus, arrivée de vins du midi différents et concurrentiels…
La production locale diminua donc petit à petit et le phylloxéra vint mettre le coup de grâce à l’exploitation des vignobles de la vallée.
Seuls quelques passionnés continuèrent à maintenir leur attachement à cette culture.
Quelques décennies plus tard, au début des années 80, une volonté est née parmi quelques amoureux du vin et des traditions : il faut renouer avec le vin de la vallée !
Des hommes et des femmes se réunirent et fondèrent ainsi une association pour la réanimation des traditions et la renaissance de métiers ruraux propres à la vallée de la Loue : l’association Ruranim. Une souscription fut ouverte : plus de mille souscripteurs soutiennent alors le projet. Les terrains furent choisis, défrichés, dessouchés. Les matériels furent installés, piquets, fils de fer… Les cépages autorisés prirent enfin racine, grâce au travail colossal de bénévoles passionnés.
L’association prit une importance remarquable par la qualité de sa production, récompensée tous les ans par des médailles d’or, d’argent ou de bronze. Les vins de la vallée figuraient parmi les meilleures productions des Vins de Pays de Franche-Comté (Chardonnay, Pinot Noir, Pinot Auxerrois).

Aujourd’hui l’association n’existe plus, mais deux jeunes viticulteurs et un amateur relèvent le challenge et poursuivent avec passion le travail de vigne de la vallée pour maintenir ce patrimoine et poursuivre la production viticole locale.