Événements

Prats-de-Mollo-la-Preste : une fête de l'Ours très médiatique

Par Martin Cotta, France Bleu Roussillon lundi 3 mars 2014 à 7:00

Le maire de Prats-de-Mollo brandit la patte de l'ours juste avant le lancement de la fête
Le maire de Prats-de-Mollo brandit la patte de l'ours juste avant le lancement de la fête © Radio France - Martin Cotta

Médias nationaux, journalistes parisiens, observateur du Centre National de la Recherche Scientifique... il y avait du beau monde à la fête de l'Ours ce dimanche. De bon augure pour la commune qui espère classer la fête au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Plus de 5 000 curieux ont assisté à la grande chasse des ours ce dimanche à Prats-De-Mollo. Et dans la foule, deux chercheurs du CNRS. L'organisme tient un rôle très important pour élaborer le dossier pour l'UNESCO. Le CNRS suit de très près l'affaire. Jean-Christophe Montferrand a fait le déplacement depuis Paris. "Je tourne un film sur cette fête. Cela aidera à retracer toutes les étapes de construction du dossier ." En fait, ce support image doit permettre de montrer que la plus mythique des fêtes en Catalogne remplit bien les critères pour être reconnue comme "patrimoine mondial" de l'UNESCO.

"Beaucoup de monde... des gens contents"

"On veut savoir si la fête est authentique, si elle peut perdurer, si les gens sont capables de la faire évoluer, que d'autres évènements puissent un jour graviter autour " explique Claudie Voisenat, chargée de la mise en patrimoine au CNRS.

"On est devant un beau dossier"

Outre le corps scientifique, cette année la fête de l'Ours a attiré beaucoup de médias. Il y avait une équipe de la chaîne Arte par exemple qui sortira en 2015 un documentaire d'une trentaine de minutes. Evidemment la commune et son maire se réjouissent d'une telle médiatisation. Elle pourra toujours plaider en sa faveur à l'UNESCO. Une équipe du Figaro Magazine était aussi présente aux festivités pour lui consacrer six pages dans un prochain numéro. Vincent Jolly, journaliste : "C'est sympa de voir qu'il existe encore des choses comme ça dans des villages de France " explique-t-il. "Déjà le matin, ils [les gens] étaient bien éméchés, on sentait qu'il y avait eu un ou deux Pastis " sourit le journaliste. 

Vincent jolly, journaliste au Figaro Magazine

Pour que la fête soit classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, il faudra au maire et aux habitants pas mal de patience, au moins cinq ans, car la procédure est très longue. /node/ad3b07ca-9e08-11e3-8fe6-782bcb7402be

Une fête de l'Ours sous le feu des projecteurs