Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements DOSSIER : Comprendre l’incorporation de force 75 ans après, les témoignages des Malgré-Nous

Raymond Heinimann de Hégenheim, malgré-nous

lundi 28 août 2017 à 9:14 Par Pierre Nuss, France Bleu Elsass

75 ans après l'incorporation de force des alsaciens dans l'armée allemande, France Bleu Elsass vous propose les témoignages des incorporés de force, enregistrés en 2012.

Raymond Heinimann
Raymond Heinimann - PlanetPortraits

Hégenheim, France

Réécoutez Raymond Heinimann de Hegenheim vous raconter son incorporation de force, ses souffrances, ses relations avec ses proches. Et comment il a pu relever la tête après la guerre grâce à la religion :

Raymond Heinimann de Hegenheim

15 juillet 1950 : ordination à Strasbourg. Sa devise d’ordination était tirée de la deuxième épître aux Corinthiens : « ce n’est pas que nous prétendons régir votre foi, nous voulons seulement contribuer à votre joie ». Il y a eu tellement d’ordonnés cette année-là qu’il n’y avait pas assez de postes à pourvoir pour tout le monde. Il en a profité pour continuer ses études, validant une licence d’allemand.

Mai 1956 : enseignant d’allemand au séminaire de jeunes de Walbourg

Juin 1985 : au jour de sa retraite de l’Education Nationale, il retourne dans le Haut-Rhin, dans l’idée de donner un coup de main au curé de sa commune natale, Hégenheim. Mais le prêtre en place n’en avait pas besoin et il se tourne vers le village voisin de Buschwiller, où le curé était souffrant. C’est devenu sa paroisse de cœur et d’adoption.

22 août 2010 : soixante années de prêtrise. Six décennies plus tard, il voulait toujours autant donner de la joie aux fidèles, à modestement essayer d’humaniser et non de sacraliser. En latin, en allemand, en français ou en alsacien, l’important est de détendre et non de crisper celle et ceux qui viennent encore à l’église.