Médias – People

Teresa Rebull, chanteuse, peintre et figure de la Retirade, est morte à 95 ans

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mercredi 15 avril 2015 à 11:09 Mis à jour le mercredi 15 avril 2015 à 17:01

Hommage à Banyuls avec G. Klaus, Pédro Soler, Père Figueres, J. Auvergne, A. Bueno, M. Rossell, G. Jacque et R. Subirachs.
Hommage à Banyuls avec G. Klaus, Pédro Soler, Père Figueres, J. Auvergne, A. Bueno, M. Rossell, G. Jacque et R. Subirachs. © Balzac Editeur

C'est une grande dame qui s'est éteinte dans la nuit du mardi au mercredi 15 avril. Teresa Rebull est morte, chez elle, à Banyuls, dans son sommeil. Elle aurait eu 96 ans en septembre. Ses obsèques auront lieu vendredi à 10h30, place Dina Vierny à Banyuls-sur-Mer.

Depuis plus de trente ans, elle incarnait la fidélité à la poésie et à la chanson populaire catalanes, mettant ses plus grands poètes en musique. Teresa Rebull est morte dans la nuit de mardi à mercredi, elle avait 95 ans.

Née en Catalogne du Sud en 1919, d'une famille ouvrière fortement engagée dans l'action politique , Teresa, qui deviendra plus tard Rebull, ne restera pas indifférente aux luttes politiques qui traverseront l'Espagne et la Catalogne et qui s'achèveront tragiquement par la Guerre d'Espagne et l'émigration de centaines de milliers de Républicains.

Contrainte à l'exil

Militante active, elle s'engage et doit, en 1939, quitter son pays pour un exil qui la conduira, comme tous ses camarades, de l'autre côté de la frontière, par la montagne, à Prats-de-Mollo, avant de regagner Perpignan et ensuite, de nombreuses années à Paris.

"C'était la folie révolutionnaire, les plus beaux moments de ma jeunesse". Téresa Rebull

En 2006, à l'occasion du soixante-dixième anniversaire du début de la guerre d'Espagne, elle racontait : "J'habitais dans une maison qui avait déjà des mouvements très significatifs d'angoisse et de préparation, qu'est-ce qu'on va faire, il faut faire ceci, cela, de réunions en réunions, la situtation était très très lourde, mais **on n' imaginait pas que les troupes sortiraient comme ça, si violemment, avec tant de force ***.

On n'était pas au front, mais il se préparait beaucoup de choses, on préparait l'achat de la boustifaille, avec des tickets, c'était l'auto-gestion. Certaines femmes étaient infirmières, d'autres s'engageaient dans le front, mais mes parents n'ont pas voulu que j'y aille, alors j'ai organisé dans mon village un hôpital.

*_J'ai vu des églises brûlées, ça faisait mal** , mais c'est la réaction, dure et violente quand il y a une révolution. Ça courrait partout, ça s'organisait très très vite, les femmes, même dans les usines faisaient des armes de guerre. C'était la folie révolutionnaire , c'était très beau, c'était les plus beaux moments de ma jeunesse !"_

Guerre d'Espagne Bcn mix

Teresa Rebull restait parmi les derniers témoins encore en vie de ce grand moment de l'histoire du XXe siècle que fut, pour l'Europe et plus particulièrement pour notre région, la guerre d'Espagne et ses conséquences tragiques : La Retirada.

 Sant Jordi 2011, Collioure, avec de jeunes lyçéens sud Catalans. - Aucun(e)
Sant Jordi 2011, Collioure, avec de jeunes lyçéens sud Catalans.

Elle cotoie les plus grands

Pendant des années, elle participera à l'euphorie culturelle parisienne, croisant Sartre, Camus et les écrivains latino-américains. Durant ces années d'exil, elle se dirigera imperceptiblement vers* le théâtre, les arts* ... et à l'âge de cinquante ans, épousera la chanson comme mode d'expression et de défense de la langue catalane.

"La pensée unique, c'est le fascisme". Téresa Rebull

En 2008, Térésa Rebull manifestait sa colère : "Y a des choses très insupportables qui se passent en Catalogne, il y a un manifeste d'intellectuels pour qu'en Espagne, on ne parle plus qu'une seule langue, le Castillan ! La pensée unique ! Et pour moi, tout ce qui est unique, c'est fascisme !"

Teresa Rebull / défense langue

Revenue après ses années parisiennes du côté français de la Catalogne, à deux pas de sa terre natale, elle s'engagera, après les événements de Mai 68, dans le mouvement de la* Nova Cancó catalane* qui comptait essentiellement des chanteurs bien plus jeunes qu'elle, dont Lluis Llach qui deviendra un de ses meilleurs amis.

Fidèle à ses idéaux de jeunesse, mémoire vivante de l'histoire tragique de la Catalogne et de l'Espagne républicaine, militante féministe de la première heure , Teresa Rebull incarnait pourtant sur scène et dans ses chansons la joie de vivre et d'aimer.

Teresa Rebull / chanson

En 2006, un grand concert pour rendre hommage à la chanteuse catalane était organisée au Palau de la Musica à Barcelone. Elle était présente et s'était régalée de voir tous ces musiciens reprendre en chœur ses plus belles chansons. Parmi les chanteurs, Lluis Llach, Marina Rossell, Maria del Mar Bonet, Gérard Jacquet...

"C'était une révoltée, en colère contre toutes les injustices".Serge LLado, humoriste catalan

L'humoriste Catalan Serge Llado avait fait un album de chanson avec Teresa Rebull : "Je me rappelle du courage qu'elle avait de chanter dans des endroits impossibles, à l’entrée d'une bowling, sur le parvis d'une église...Elle avait déjà passé la cinquantaine, c'est pour ça que **pour moi, elle était éternelle ***.

Je l'ai revue il n'y a pas si longtemps, cinq ou six ans, mis à part qu’elle boitait un peu et qu'elle avait un peu blanchi, il y avait toujours la même jeunesse dans son regard . C'était quelqu'un qui mettait très à l'aise, très simple.*

Elle avait vécu des moments difficile et en parlait volontiers. Un tempérament volcanique. Elle était en colère contre toutes les injustices, le machisme, une révoltée !"

Rebull Llado

Teresa Rebull, "En chantant" - Aucun(e)
Teresa Rebull, "En chantant"

Robert Triquère, le fondateur des éditions Balzac (basées à Baixas), était un proche de la chanteuse. Il y a quelques années il a publié "En chantant ", une biographie de Teresa Rebull.

"C'est comme Jordi Barre, on se disait qu'elle ne mourrait jamais".Robert Triquère, éditeur

"Téresa Rebull, c'est un peu comme Jordi Barre, on se dit qu'ils ne mourront jamais, actifs jusqu'au bout. Mardi encore, elle faisait un vernissage à la Junquera, elle peignait beaucoup. Elle est morte pratiquement dans le bonheur _ puisqu'elle faisait un vernissage quelques heures avant de s'endormir définitivement, elle est morte dans son sommeil, sereine."_

Inauguration de l'Espace Teresa Rebull au Boulou. - Aucun(e)
Inauguration de l'Espace Teresa Rebull au Boulou.

"Des personnages comme ça on en trouve pas beaucoup".

"Qui l'a vue sur scène se souvient d'une femme au caractère bien trempé, ce n'est pas parce qu'elle avait 95 ans qu'elle ne savait pas élever la voix pour défendre ses idées.

Je l'ai vu interpeller des hommes politiques, Christian Bourquin ou Michel Moly, et leur reprocher de ne pas défendre suffisamment la langue catalane.C'était une militante et une grande dame, des personnages comme ça, on en trouve pas beaucoup !"

Rebull Robert Triquères internet

Les obsèques de Teresa Rebull auront lieu vendredi à 10h30, place Dina Vierny à Banyuls-sur-Mer.

À lire : "En Chantant " (publié aux Éditions Balzac) par Robert Triquère et Christine Lavaill.