Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Événements

Toros, Saint-Perdon en capitale

jeudi 27 août 2015 à 14:19 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

La novillada concours de Saint-Perdon au Plumaçon montois ce dimanche, savoureuse affiche !

Ce dimanche traditionnel rendez-vous taurin de St Perdon dans les arènes du Plumaçon à Mont-de-Marsan.  Novillada concours de luxe à 17h30 avec six novillos de six élevages différents pour un cartel très varié : le dacquois Louis Husson, le péruvien Joaquin Galdos et le colombien Juan de Castilla.

La corrida concours oppose six élevages issus de six rames originelles variées et c’est le toro qui est la valeur majeure de ce genre de tauromachie.

"Saint-Perdon au Plumaçon" s’est fait forte réputation avec sa corrida concours désormais référence. Le petit bourg de la périphérie montoise privé d’arène suite à un incendie accidentel a trouvé refuge dans la plaza préfectorale depuis des années. Et la soirée de fin d’été est souvent savoureuse. Opposition de styles chez les hommes, variété éclectique entre un français, un péruvien et un colombien. Reflet de la réalité mondiale du toreo. Pour le bonheur dans la diversité. Husson va affronter le Partido de Resina , anciennement Pablo Romero. Ganaderia historique et mythique entre les années trente et quatre-vingt cet élevage sort toujours ses toros massifs à l’image du volumineux gris retenu pour cette course.

El Cubo est élevage de la région de Caceres qui est d’origine Domecq par la rame des Murube notamment. Le spécimen est noir et blanc et beau. Galdos lui se voit proposer un toro de Parladé qui remplace le Fernando Peña Catalan initialement prévu mais qui a été blessé au campo. Longtemps devise royale de la maison Domecq les Parladé, depuis la mort du ganadero, sont gérés par le fils mais installés désormais dans une propriété au Portugal. Le péruvien va ensuite combattre un novillo de l’Astarac . Rien à voir avec un jeu télévisé, il s‘agit là du deuxième fer du gersois Jean- Louis Darré, d’origine Pedrajas par Guardiola. On est encore dans la référence précieuse et historique du toro de combat.

Quant à Juan de Castilla, pour sa part, il va toréer un Dolores Aguirre . Pur Atanasio Fernandez, il porte le nom de "Cigarerro", un joli bébé noir et blanc aux cornes larges. Et le colombien en terminera avec un Añadio , là encore issu d’une vieille rame, mélange de Saltillo et de Coquilla, ganaderia tenue par la quatrième génération dans la même famille. Six toros, autant d’origines et de diversité dans les comportements et les allures. Ce que l’on attend d’un concours d’élevages.