Événements

VIDÉOS | Comment "Fast & Furious" est devenu une saga culte

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 1 avril 2015 à 15:45 Mis à jour le mercredi 1 avril 2015 à 15:47

"Fast & Furious 7" est sorti mercredi 1er avril au cinéma
"Fast & Furious 7" est sorti mercredi 1er avril au cinéma © Capture d'écran

"Fast & Furious 7" est sorti ce mercredi dans les salles de cinéma françaises. L'occasion de revenir sur l'histoire de ce qui était à l'origine un film à petit budget pour amateurs de courses de voitures, et qui est devenu une saga mondialement plébiscitée.

Voitures phénoménales, cascades en chaînes, armes de gros calibre : tous les ingrédients incontournables de "Fast & Furious" sont au rendez-vous dans le septième épisode de la saga américaine, sorti en salles ce mercredi. Et comme ses prédécesseurs, cet épisode est promis à un confortable succès. Pourtant, à l'origine, "Fast & Furious" n'était pas vraiment considéré comme la Ferrari du film d'action. Aujourd'hui, cette série est la plus grosse franchise des studios Universal, et même les critiques de cinéma (certains en tout cas) lui donnent du crédit. 

À l'origine, un petit film pour fans de tuning

Le premier volet, "The Fast and the Furious", sort en 2001. Universal tente alors de surfer sur une tendance observée notamment dans les jeux vidéos : les courses de voitures illégales. C'est un sujet "de niche", c'est-à-dire ne s'adressant pas à un large public, et les studios n'y consacrent qu'un petit budget pour raconter l'histoire de Brian, jeune recrue du FBI, qui infiltre pour les besoins d'une enquête un groupe de pilotes de courses de rue

Un scénario beaucoup moins surprenant que le montant qu'il rapporte au box-office : 207 millions de dollars, alors que le film en avait coûté 35 . Les deux acteurs qui incarnent les personnages clés, Paul Walker pour Brian et Vin Diesel pour le pilote de rue Dominic, sont à l'époque peu connus.

La route du succès 

Il y a évidemment une suite après ce démarrage en trombe, mais elle est décevante. Peut-être parce que dans le deuxième film Vin Diesel n'est pas là, et que dans le troisième Paul Walker est également absent. En 2009 dans le quatrième opus, les deux stars reviennent et le succès aussi. Avec plus de 363 millions de dollars au box-office, cet épisode bat le record de bénéfices du premier opus. Les producteurs semblent avoir trouvé la recette idéale pour un succès assuré. 

Le drame Paul Walker

C'est à partir de cet épisode 4 que "Fast & Furious" devient l'un des poids-lourds de l'industrie du cinéma. Pour l'opus suivant en 2011, le budget passe de 85 à 125 millions de dollars. Scènes d'action encore plus musclées, délocalisation de l'histoire à Rio, au Brésil, la formule évolue et ça paye (bien). "Fast & Furious 5" est un raz-de-marée : plus de 626 millions de dollars au box-office, et un énorme carton notamment en France où le film fait 2,5 millions d'entrées contre 1,8 millions pour l'épisode précédent. 

La saga est donc à l'apogée de son succès avec ce numéro 5 et l'épisode 6, qui connaît le même retentissement. Nous sommes en 2013, et un drame survient : le 30 novembre, l'acteur phare de "Fast & Furious", Paul Walker, meurt dans un accident de voiture en Californie. Il est alors passager, et son ami perd le contrôle de sa Porsche Carrera lancée à 160 km/h . Le véhicule percute un arbre et prend feu.  

Paul Walker, 40 ans, était la vedette de la série de films "Fast and Furious" - Maxppp
Paul Walker, 40 ans, était la vedette de la série de films "Fast and Furious" © Maxppp

"Fast and Furious 7", le film d'après

La mort de Paul Walker crée l'émoi dans le monde entier. La nouvelle fait la Une de la presse aux États-Unis mais aussi en France, de très nombreux fans pleurent la star sur les réseaux sociaux, et bien sûr les circonstances de l'accident contribuent à cette résonance exceptionnelle pour un acteur qui n'avait que cette série de films comme ligne de CV notable.

Paul Walker était en plein tournage de "Fast & Furious 7" lorsqu'il est mort , tournage qui a évidemment été suspendu. Une partie du scénario a été réécrite, les deux frères de l'acteur l'ont doublé à titre posthume, et le film sort en avril 2015 au lieu de juillet 2014. Un opus sur lequel plâne le fantôme de Paul Walker, disent les critiques, un élément de plus dans la transformation de ce blockbuster bon marché en saga respectable.