Événements DOSSIER : Rencontre avec les Lorrains

Vosges : Alain Carbonare, un luthier qui fait la renommée de Mirecourt

Par Laurent Pilloni, France Bleu Sud Lorraine mercredi 18 janvier 2017 à 16:57

Alain Carbonare et Vladimir Spivakov.
Alain Carbonare et Vladimir Spivakov. - Alain Carbonare

Alain Carbonare est maître luthier à Mirecourt depuis 1986.M. Rostropovitch, Y. Menuhin, V. Spivakov mais aussi Céline Dion ont sollicité son talent. Avec lui, Mirecourt reste bel et bien la capitale mondiale de la lutherie.

L’un des temps forts de la vie de luthier d’Alain Carbonare est sans aucun doute quand M. Rostropovitch lui demande de réaliser en 1997 un violoncelle pour ses 70 ans. Un challenge que le Vosgien d’adoption relève avec brio. Comme ceux d’avant, pour Y. Menuhin en 1993 et V. Spivakov en 1989, le savoir-faire d’Alain Carbonare résonne au-delà des frontières :

On a beau vous recommander auprès de ces grands musiciens que sont Y.Menuhin, V Spivakov ou M. Rostropovitch, ce sera toujours le son qui aura le dernier mot. Ces musiciens veulent la perfection sonore. Mon passé de musicien m’a aidé pour y parvenir.»

Les violons d'Alain Carbonare sont fabriqués à la main. - Radio France
Les violons d'Alain Carbonare sont fabriqués à la main. © Radio France - Laurent Pilloni

Une expérience qu’Alain Carbonare s’est forgée au piano auprès d’Alan Stivell et Hubert Felix Thiéfaine, dans les années 70 et 80. Son oreille musicale va lui permettre de se différencier et de donner une vie à chaque instrument qu’il va concevoir. Une philosophie issue de son héritage familial :

Né dans une famille de musiciens qui travaillait le bois. J’ai donc réuni tout ça pour fabriquer des instruments qui sont une partie de moi-même. A chaque fois que j’entends l’un d’eux jouer sur scène, j’en ai des frissons. Un peu comme un père qui verrait son enfant réussir.»

Les violons d'Alain Carbonare ont fait parti du show de Céline Dion à Las Vegas en 2003.

Une émotion qui dure depuis près de 30 ans et qui a touché également Céline Dion et son ex-premier violon, Jean Sébastien Carré. Lors du spectacle à Las Vegas en 2003 (A New Day), l’artiste québécoise et son musicien sollicitent Alain Carbonare pour ses violons alto et violoncelles. Le luthier mirecurtien écrira alors une partition sans fausse note, comme à son habitude.

Alain Carbonare nous explique comment se conçoit un violon.