Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Recettes de cuisine

Dordogne : un jeune charcutier de 19 ans devient meilleur apprenti de France

mercredi 28 février 2018 à 4:12 Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord

Le nontronnais Tony Gory est devenu samedi Meilleur Apprenti de France, en tant que charcutier-traiteur. Il a obtenu la médaille d'or au salon de l'agriculture de Paris. Élève au CFA de Boulazac, il fait son apprentissage à la charcuterie "Lard du goût" à Saint-Pardoux-la-Rivière.

Tony Gory, 19 ans, dans la charcuterie-traiteur "Lard du Goût".
Tony Gory, 19 ans, dans la charcuterie-traiteur "Lard du Goût". © Radio France - Coline Ouziel

Nontron, France

"Au moment des résultats ? J'étais blanc ! Très stressé !" Tony Gory se souviendra longtemps de ce samedi 24 février. Ce jour-là au salon de l'agriculture de Paris, il a obtenu la médaille d'or en tant que charcutier-traiteur. Avec trois autres jeunes, il est ainsi devenu Meilleur Apprenti de France. Il est le seul représentant du Sud-Ouest. 

Le Périgourdin est tombé amoureux de la charcuterie à l'âge de 14 ans, lors de son stage de troisième. Il enchaîne avec un CAP boucherie, puis un second, en charcuterie-traiteur.

Une formation entre Boulazac et Saint-Pardoux-la-Rivière

Alors qu'il n'a que 17 ans, il intègre la boutique de Loïc Gouraud, "Lard du goût",  à Saint-Pardoux-la-Rivière. Lorsqu'il n'est pas à la charcuterie, il poursuit sa formation au CFA de Boulazac. "Au début, il était un peu foufou", confie Bernadette Gouraud, la mère de Loïc. "Quand il a su qu'il passait le concours de meilleur apprenti, ça a été un vrai déclic. Il a changé à 100 %.

Tony a travaillé pendant plusieurs mois pour se préparer aux épreuves. Il a d'abord réussi le concours régional haut la main chez lui à Boulazac. Sa première place l'a qualifié pour la finale, à Paris les 22 et 23 février. 

18 heures de préparation pour la grande finale

Pendant 18 heures, Tony et les vingt autres finalistes ont du préparer plusieurs plats : une ballottine de poulet et de cochon parfumée aux figues, un pâté "grand-mère", composé à moitié de porc et à moitié de volaille ainsi que plusieurs autres amuses-bouche. 

"Les autres concurrents étaient très bons, mais j'ai fait mon maximum et ça a payé" se souvient Tony. Ce samedi 24 février, au salon de l'agriculture, il a reçu sa médaille d'or, et son uniforme siglé "Meilleur Apprenti de France". Il espère bien obtenir celui de Meilleur Ouvrier de France dans quelques années.