Sortir

Haute-Savoie : le Macumba, la plus grande discothèque de France, ferme ses portes

Par Anne Chovet, France Bleu Pays de Savoie samedi 28 mars 2015 à 10:58

Maire de la nuit , boite de nuit

Un dernier tour de piste et puis s’en va. Le Macumba, situé prés de Saint-Julien-en-Genevois, ferme définitivement ses portes lundi. La célèbre boite de nuit va être détruite et remplacée par une galerie commerciale.

Une dernière danse pour le Macumba

Le Macumba, la plus grande discothèque de France ferme définitivement ce lundi. Elle a ouvert en 1977 à Neydens, prés de Saint-Julien-en-Genevois. Pendant 38 ans des millions de personnes sont venues danser sur les pistes de cette boite de nuit mythique. Ces nuits ne seront bientôt que des souvenirs. Les propriétaires ont vendu le Macumba à une chaine de magasins d’alimentation suisses, Migros, intéressée par le site. La discothèque va être détruite et sera remplacée par une galerie commerciale de luxe. Migros va également en profiter pour agrandir son complexe aquatique et ludique le Vitam Parc, situé à proximité.

Ils ont dansé, dragué et parfois même trouvé l'amour au Macumba

En 1977, Roger Crochet rentre des Etats-Unis ou il a rencontré Franck Sinatra, le créateur du concept Macumba, une immense salle ronde pour danser et organiser des spectacles. Roger Crochet vend ses salons de coiffure et crée à Neydens, près de Genève, le premier Macumba de France. Le succès est là, des millions de danseurs ont passé leurs nuits au Macumba. La boite attire des noctambules de toute la France et des pays voisins. Tous ont un souvenir particulier : les soirées mousse, les danseuses seins nus, les spectacles ou encore les DJ. Roland était là dés l’ouverture, il se souvient de soirée de folie avec 4 à 5.000 personnes. Et surtout c’est au Macumba qu’il a rencontré les deux femmes de sa vie.

« C’est au Macumba que j’ai rencontré la mère de mes filles, puis il y a 10 ans ma compagne actuelle »  (Roland un aficionado du Macumba depuis 1997)

Les dernières soirées ont lieu ce week-end et une ultime fête est organisée lundi après-midi, mais il faudra être patient pour entrer, il y a jusqu’à 1 heure et demie d’attente.

Le reportage de Luc Besançon