Sortir

Ils sont jeunes, ils viennent de quartiers difficiles et jouent au tennis avec l'association Fête le Mur

Par Martin Cotta, France Bleu Gironde lundi 30 juin 2014 à 7:00

Yannick Noah (de dos au milieu en haut blanc) et les enfants à Pessac Saige
Yannick Noah (de dos au milieu en haut blanc) et les enfants à Pessac Saige © Radio France - Martin Cotta

Yannick Noah, le président de l'association, a participé ce dimanche à un tournoi de tennis aux côtés d'une soixantaine d'enfants, âgés de 4 à 14 ans, issus de zones urbaines sensibles.

Le tennis pour tous, même dans les quartiers. C'est le message relayé par Yannick Noah ce dimanche à Pessac. Le Président de l'association Fête le Mur participait à un tournoi dans le quartier de Saige. Fête le Mur existe depuis 1996 et forme chaque année plus de 3000 jeunes à la pratique du tennis.

"Ce n’est pas dans le quartier juste en face de chez nous" — Souhila, 9 ans et tenniswoman

Comme Souhila, une jeune joueuse de 9 ans, ces enfants n'ont pour la plupart pas accès à un court de tennis près de chez eux. Même si des efforts sont faits par certaine commune, les clubs s'installent relativement loin des quartiers que certains décrivent comme "chauds". D'ailleurs Souhila, frappant la balle jaune depuis 5 ans, a failli arrêter plusieurs fois pour ce côté (non)pratique :"ce n’est pas dans le quartier juste en face de nous " glisse t-elle.

Souhila habite la banlieue lyonnaise depuis qu'elle est née et malheureusement son club de tennis se trouve loin de chez elle, perché sur les hauteurs de la ville :"il faut monter, monter, monter pour y arriver. Mon père voulait tellement faire de moi une championne que du coup il m'a dit je t'y emmènerai en voiture... " un luxe que pas mal de jeunes défavorisés ne peuvent pas s'offrir.

Yannick Noah joue avec son smartphone en compagnie des enfants  - Radio France
Yannick Noah joue avec son smartphone en compagnie des enfants © Radio France - Martin Cotta
D'où l'idée de l’association de faire venir le tennis dans les quartiers. "Les voir s'épanouir, grandir, vibrer avec le tennis c'est génial. C'est un week-end  particulier. Y'a des choses à faire avec la culture et le sport et chacun donne l'énergie qu'il peut. Pour ces enfants ça compte " explique Yannick Noah, seul vainqueur français de Roland-Garros en 1983.

La pluie a interrompu le tournoi pendant 20 minutes. Yannick Noah en profite pour papoter avec les coachs - Radio France
La pluie a interrompu le tournoi pendant 20 minutes. Yannick Noah en profite pour papoter avec les coachs © Radio France - Martin Cotta
Des talents émergent

Une joueuse a justement retenu toutes les attentions : Souhila Aouni. Cette jeune lyonnaise ne mesure qu'1 mètre 30 mais fait de jolis dégâts sur le court avec un service et une volée de coup droit impressionnante pour son âge. En remportant le tournoi d'hier sur les courts de Pessac-Saige, elle fait partie des toutes meilleures joueuses françaises dans sa catégorie. Même Yannick Noah a été impressionné par le punch de cette petite fille "au potentiel énorme". Au point d'être professionnelle plus tard ?

Sur les courts de tennis à Pessac

Partager sur :