Climat – Environnement

Les secrets de la chaîne des Puys - faille de Limagne en 3 questions

Par Alexandre Chassignon, France Bleu Pays d'Auvergne samedi 21 juin 2014 à 6:00

La moitié nord de la Chaîne des Puys et le cratère du Pariou.
La moitié nord de la Chaîne des Puys et le cratère du Pariou. © Photo Alexandre Chassignon - Radio France

Candidats à l’inscription au patrimoine mondial l’Unesco, le Puy-de-Dôme et ses voisins visent une reconnaissance internationale. Vous avez certainement entendu parler de la chaîne des Puys, de ses volcans (endormis ?) et de la faille de Limagne (la quoi ?), mais les connaissez-vous vraiment ?

1 / Les volcans, d'accord. Mais quel rapport avec la Limagne ?

La faille de Limagne est beaucoup, beaucoup plus vieille que la chaîne des Puys. On parle dans un cas en dizaines de milliers d’années, dans l’autre en dizaines de millions d’années. Pour l’essentiel invisible (jusqu’à trois kilomètres sous terre), la faille est pourtant un élément essentiel de la géographie des lieux. Olivier Merle, géologue au laboratoire magmas et volcans de l’université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand, détaille ici l’évolution de la faille de Limagne.

2 / Pourquoi les volcans de la chaîne ne se ressemblent-ils pas ?

Avec ou sans cratère, plus ou moins pentus… les volcans de la chaîne de Puys existent dans toutes les formes et toutes les tailles. L’érosion n’a rien à voir là-dedans, tous sont jeunes - pour des volcans. Leur forme est directement liée au type de lave qui coulait pendant leur éruption.

Quand elle était visqueuse le volcan gonflait du dessous, comme un soufflé, et pouvait prendre la forme d’un chaudron (comme le Clersiou), d’un dôme (le Puy de Dôme) ou d’un pic (Puy Chopine). Comme pour les soufflés, il arrive de ce type de volcans s’effondre. Quand les gaz enfermés dans la lave explosent ils forment une nuée ardente, un nuage de poussières brûlantes et dévastatrices qui se propage à l’horizontale.

Plus des trois-quarts des volcans de la chaîne des Puys avaient une lave plus fluide qui laissait les gaz s’échapper. Sous cette pression, leur éruption ressemblait à une fontaine de lave et de rochers, qui retombaient tout autour. Voilà l’origine des cratères parfaitement réguliers comme celui du Pariou. Dans certains cas une coulée de lave emportait ces résidus sur un côté, ce qui a donné des volcans “égueulés”, en forme de C, comme les Puys de la Vache et de Lassolas.

Le Puy de Côme - Radio France
Le Puy de Côme © Radio France

Le troisième type de volcans est plus discret. Avant d’atteindre la surface, leur lave a croisé de l’eau - soit une rivière, soit une nappe phréatique. La rencontre a produit une énorme explosion et un vaste cratère. S’il reste de l’eau, ce genre de volcans devient un lac.

3 / Les volcans "endormis" peuvent-ils vraiment se réveiller ?

La comparaison avec le sommeil peut être trompeuse.  Il y a des indices de "poches de magma en profondeur " sous le Massif central, révèle Olivier Merle. Les scientifiques pensent que d’autres éruptions auront lieu un jour … quelque part dans le Massif central. Mais pas forcément dans la chaîne des Puys. Plutôt qu’un réveil, cela pourrait être l’éveil d’un ou plusieurs volcans.

"Un réservoir de magma"