Sortir

Mérignac : ils ont embarqué pour quelques minutes en apesanteur

France Bleu Gironde vendredi 28 mars 2014 à 1:06

Les instants en apesanteur étaient courts, mais intenses. Photo

Une heure et demie à bord de l’Airbus A300 Zéro G, et toutes les cinq minutes, 22 secondes en apesanteur. Voilà ce qu’ont vécu une quarantaine de passagers hier, après avoir gagné un jeu-concours organisé par une grande enseigne. À leur débarquement à l’aéroport de Mérignac, ils étaient sur un nuage.

Depuis l’an dernier, il n’y a pas que les astronautes ou les scientifiques qui peuvent accéder à l’état d’apesanteur. Novespace, filiale du Centre national d'études spatiales (CNES), a en effet initié la commercialisation de ses vols paraboliques au public. Coût du vol : 6000 euros par personne.

Mais hier, la quarantaine de passagers ayant eu la chance de flotter quelques minutes dans l’habitacle de l’avion n’ont rien eu à payer. Gagnants du jeu concours organisé par l’enseigne Carrefour à l’occasion de ses 50 ans, ils ont pu prendre place gratuitement à bord de l’Airbus A300 Zéro G, et se mettre quelques instants dans la peau d’un astronaute.

« Une parenthèse magique »

Pour créer les conditions d’apesanteur, l’avion alterne des manœuvres de montées et de descente et effectue ainsi une parabole, qui permet d’obtenir jusqu’à 22 secondes d’apesanteur. Une quinzaine de parabole ont été effectuées lors du vol au départ de Mérignac.

À la descente de l’avion, toujours vêtus de leur combinaison grise, la quarantaine de passagers affichaient un large sourire, visiblement heureux d’avoir vécu quelques minutes hors du temps, loin des lois de la gravité terrestre. Et il n’y a pas d’âge pour se lancer dans cette aventure. Venue de Chartres, dans l’Eure-et-Loire, Chantal n’a pas hésité à tenter l’expérience malgré ses 70 ans !

« J’ai hâte d’en parler à mes petits-enfants »

Novespace a prévu d’autres vols commerciaux en apesanteur pour le grand public. Mais il faudra attendre pour cela fin 2015 et la mise en service d’un nouvel avion conçu spécialement pour créer les conditions d’apesanteur.

« C’est indescriptible, je ne peux pas vous dire ce qu’on ressent »

Partager sur :