Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sortir

Pays de Savoie : les "highlines" sont un danger pour les hélicoptères

lundi 10 août 2015 à 17:26 Par Anne Chovet, France Bleu Pays de Savoie

Les "highlines", ces sangles installées entre deux pitons rocheux, représentent un danger pour les hélicoptères. Le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne de Chamonix lance un appel à la vigilance.

Highline (photo d'illustration)
Highline (photo d'illustration) © Maxppp - Balazs Mohai

Il n’est pas question d’interdire les « highlines » mais les gendarmes de haute montagne de Chamonix (Haute-Savoie) appellent les pratiquants à la vigilance. La « slackline », ou « highline » selon la hauteur, est une pratique sportive qui s’apparente au funambulisme . En montagne, des pratiquants installent des sangles entre deux pitons rocheux _ au dessus du vide. Ou à quelques centimètres du sol mais sur des aires d’atterrissage à proximité de refuges. Dans les deux cas ces sangles _peuvent être très dangereuses pour les hélicoptères . Le peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix demande donc aux adeptes de ce sport d’enlever immédiatement les « slacklines » et « highlines » après les avoir utilisées et de ne surtout pas les laisser en place

« Sur une aire de pose, un hélicoptère peut se prendre les patins dans la sangle et se retourner », le commandant Stéphane Bozon, patron du PGHM de Chamonix.

La semaine dernière, dans le Mont-Blanc, un hélicoptère n’a pas pu atterrir  

Le peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix lance cet appel car la semaine dernière un hélicoptère des gendarmes n’a pas pu se poser sur une aire prés d’un refuge dans le Mont-Blanc . Au dernier moment le pilote a vu la « slackline ». Il a du repartir le temps qu’une personne enlève la sangle. Elles représentent un véritable danger pour les secouristes en provoquant des accidents d’hélicoptères. 

L'appel à la vigilance du patron du PGHM de Chamonix